Close

Father Sculptor : Lumineux

Father Sculptor est un groupe prolifique qui dévoile des pistes magnifiques toutes les deux semaines. Quintette originaire de Glasgow, Thomas David a la voix qui pleure, pleine de rage contenue, tandis que celle de Matthew est plus chaude, accompagnée de ses claviers aux mélodies intenses. Quant aux batteries de Felix, elles résonnent sur les morceaux lorsque Phil, lui, à l’aide sa basse et Joseph à la guitare complètent les mélodies et les rendent très addictives.

Aristide est la dernière piste offerte par Father Sculptor. L’ambiance mélancolique est dominante et les échos et saturations fourmillent.

Inspirés par The Smiths, les voix interagissent avec les guitares et y fusionnent en un dialogue poétique, où des effluves de Morrissey passent comme des âmes errantes mixées à des sons très 90 que les claviers enbrument lentement. Le résultat est un délice sonore, où le calme se conjugue à la tempête, à l’aide de pincées de fougue et d’étincelles de créativité.

Ici, leur musique est une respiration profonde, lente, où la mélancolie et l’incertitude prennent le contrôle, tout en délicatesse. La voix singulière de Thomas David habite leurs compositions et a le pouvoir de vous faire chavirer et de retourner furieusement vos tripes.

Les autres pistes, arrachées à leurs entrailles, fruits de leur talent, sont toutes profondes. Les notes lentes sont éternelles, car ici, l’éternité sonore y est une minute excessivement intense qui ponctue leurs mélodies de puissance, consumant leur fureur et alimente leur musique.

Si Frances est hypnotique, la voix intensément calme vous brûle, s’étire, danse sur la piste jusqu’à vous tenir serré. Les guitares, elles, contrastent, entêtantes et énervées.

Rhein est une complainte rageuse, la voix de Thomas David vous broie, lentement mais sûrement, les guitares toujours continues encerclent les voix et vous torturent avec leur mélancolie lancinante.

Father Sculptor est une musique brûlante aux voix ardentes chaudes et mélancoliques. Les riffs de guitares lumineux sont une étreinte incandescente et caressante.

Leurs pistes sont un rock dévorant rythmé par des batteries obsédantes avec des vagues de spleen à la caresse douce qui deviennent vague de fond à vos pieds. Les mélodies sont lumineusement sombres, une fragilité subtile en sus comme sur Ember :

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/40099328″ params= »auto_play=false&show_artwork=true&color=ff7700″ width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

Father Sculptor est un groupe irrésistible qui grandit à chacune de leurs chansons, où le tourment vient y tournoyer et mène à un supplice délicieusement addictif. A croire que Cioran parlait pour eux lorsqu’il écrivait «Ce qui n’est pas déchirant est superflu, en musique tout au moins ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close