Close
Benjamin Clementine : du metro au Carmen

Benjamin Clementine : du metro au Carmen

Une voix grave capable de tout, une élégance discrète et une sobriété avec un grain de folie mélancolique, Benjamin Clementine fait le tour des salles, piano à queue dans un coin et harmonies soul en profondeur.

Pour les parisiens, vous l’avez peut-être croisé dans la métro ligne 2 avec sa guitare chantant ses compositions comme Ordinary People et si c’est le cas, vous vous en souvenez certainement, cette voix, cette présence, cette façon qu’il a bien à lui de transmettre des émotions.

Repéré donc dans le métro parisien, ce jeune anglais de 22 ans est hypnotisant en concert. Après avoir séduit le public sur une plage de Calvi On The Rocks, au Baron, au Bus Palladium ou au Festival de Cabourg, il est actuellement à Paris.

Pour le moment, ce ne sont que des concerts privés où timide à son arrivée, lorsqu’il chante, ses mélodies sont instinctives, la douceur et la puissance liées dans son chant. Lui, a ce quelque chose de Nina Simone, intrigant, beau avec la rage d’un désespoir passé.

Alors, pendant 40 minutes, accompagné de son seul piano, lundi 8 avril, il a envoûté le Carmen de son chant de velours, de sa présence magnétique. Jouant ses morceaux comme le très beau Cornerstone mais aussi des versions très personnelles de I Put A Spell on You ou Aint’Got No, il est d’une singularité et d’un talent touchant.

Porté par Ekleroshock (EOS Records) et par Behind, le label de Lionel Bensemoun (la Clique, Le Baron, Calvi on The Rocks…) et Matthieu Gazier,  son EP est prévue le 10 juin. En attendant laissez vous bercer par sa voix de feu et versez une larme, car avec Benjamin Clementine, les émotions sont à fleur de peau.

Aujourd’hui oiseau de nuit pour les « happy few », demain il sera en pleine lumière, inarrêtable. Il est une lumière qui approfondit la nuit et libère le jour, Benjamin Clementine un nom à retenir donc…

Benjamin Clementine : Emotions Ardentes

Close