Close

Dream Koala & Saint Michel @Le Nouveau Casino

Il y a des soirées qui sont de belles promesses, celle-ci en était une. Un line-up, regroupant à la fois Dream Koala en entrée fastueuse et se poursuivant par Saint Michel, donne forcément des envies de French Touch gourmande.

A 20h16, Dream Koala fait son entrée sur la scène du Nouveau Casino, crépitements sonores et beats vaporeux, échos de lune au long cours pour ce créateur de mélodies hors pair.

Dream Koala & Saint-Michel @Le Nouveau Casino

Dans la lignée de Giraffage, XXYYXX, Andrea, Dream Koala se pose là en rêveur cosmique, prêt à en découdre avec les harmonies. Les siennes élégantes naviguent en terres sereines, faites de douceurs exquises à l’âme enflammée de beats organiques et de vaporeuses contrées.

Ici, les rythmes en fusion font des mélodies subtiles et irisées, l’énergie infusée dans des tempos de soul électro, où la voix à la Jesse Boykins III résonne d’une manière infinie. Tempo toniques ou limpides proposés en bouquet, ils ont en commun de glisser et de vous embarquer.

L’homme, ce soir, dévoilait un nouveau set, délicieux à souhait, une caresse indélébile, malgré un son légèrement saturé.
Dream Koala & Saint-Michel @Le Nouveau Casino

Puis, changement d’ambiance, même si on reste dans la même famille, l’heure de Saint Michel a sonné. 21h08,  Philippe Thuillier et Emile Larroche montent sur scène avec Paul et Pierre. Electro pop rebelle, un peu Air, des lignes de Radiohead, géométrie douce aux formes plurielles à la Phoenix, tantôt plus pop comme MGMT, tantôt plus électro, hanté par un songwriting délicat.

Une batterie qui claque, des claviers à foison, un son comme une alarme à réveiller les morts ou les déprimés d’un jour, les spots vous appellent à la transe. Quant Philippe chante, sa voix tapisse les envolées mélodiques du groupe, mêlant une tristesse mélancolique à un élan de vie soudain, dans un mouvement lancinant. 11 chansons à l’élégance particulière, à l’énergie langoureuse, à la rythmique lumineuse qui deviennent explosives sur scène.

Dream Koala & Saint-Michel @Le Nouveau Casino

Pop aux pulsations appuyées qui contraste avec la voix chaude du chanteur. Entre des respirations électriques, les mélodies oscillent entre pop acidulée aux reflets californiens et électro frappé des années 80′ 90′, rock traînant les pieds. Puis, ils larguent les machines « pour les petits cœurs qui battent » en passant à une aparté acoustique touchante, où la tendresse et le partage sont généreux.

Dream Koala & Saint-Michel @Le Nouveau Casino

La voix de Philippe se fait un peu cassée, une tristesse toute gorgée de pop illumine la scène.

Puis leurs rêves japonais s’abattent sur le Nouveau Casino avec Tokyo, où le vide, par les échos abyssales et le plein avec les cadences multiples, se côtoient. Punk Dandy des synthés, beats clashants, toujours dansant sur des harmonies décalées au rythme singulier, leur voyage est peuplé de lames de fond fougueuses, la narration irrésistible.

Dream Koala & Saint-Michel @Le Nouveau Casino

Ils se font plus beaux encore sur Ceci n’est pas une chanson, sautant à deux pieds dans une pop entêtante aux influences hypnotiques, emmenant la salle avec eux. The Servant et Vampire Week-end ne sont pas bien loin, un soupçon de blues en plus.

Passant par une chanson dédiée à tous les indiens et une certaine Cheyenne habitant son cœur, puis par une pop chorale d’où un saxo se détache, amenant une touche voluptueuse aux milieu des échos et des bourrasques d’énergie que sont Saint-Michel, Catherine est sublimée. Remercie tout le monde, 3 petits tours, une reprise de I Need Your Love (like the sunshine) puis s’en vont. On attend leur prochain EP avec impatience, l’eau à la bouche.

Saint Michel, c’est une touche de pop sur une électro versaillaise léchée, une voix entêtante couchée sur des harmonies planantes… Une “french touch” incomparable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close