Close
Drenge : Rock Bestial

Drenge : Rock Bestial

Bestial et sans complexe, les deux frères Loveless, Rory et Eoin signent là leur premier album éponyme Drenge, produit par Ross Orton (Arctic Monkeys) à la fougue juvénile et à l’ardente sincérité. Si vous aimez le rock à l’efficacité évidente, aux guitares excitées et aux batteries furieuses, ce 12 titres est pour vous.

Drenge, c’est une attaque frontale, à l’aide de guitares hargneuses qui vous rappellent que la rage fait partie de la vie comme sur People In Love make Me Feel Yuck. 20 ans au compteur, Rory et Eoin Loveless (chanteur compositeur) sont les auteurs d’un premier album soufflant sur les braises d’un rock anglais sous influence nostalgique.

En 12 titres, ils vous donnent une gifle et mettent des coups de pieds dans la fourmilière des idées bien lisses et bien rangées comme sur Dogmeat, petite insurrection clashante. Ici, la rage, celle d’en vouloir plus et de ne pas se satisfaire d’une société sclérosée, coule dans leurs veines.

De ce constat, Drenge balance son énergie et ses crachats à la colère punk comme sur I Want To Break You In Half. Incendiaires, loin d’un monde sans failles, ils collent des coups de poing dans le tas, tabassant avec élégance le malaise et le mal-être partagés ici et là.

Pendant que l’inaction semble être devenue prédominante alors qu’un certain nombre de pays regardent d’autres se déliter et nager dans leur propre sang, il est salvateur de vérifier le pouvoir de révolte présent chez certains groupes.

A coup de guitare et d’un chant puissant, Drenge crie la révolte des désillusions du monde actuel et l’expose sans concessions. Backwaters ou Bloodsports, un souffle un peu Stonien, réveillent les fantômes que nous sommes devenus à mesure que le temps aidant nous a rendu plus disciplinés. L’engagement de ne pas tout croire, de vouloir mieux, est incarné dans ces deux compères à la langue bien pendue.

Leurs mélodies déconstruisent les certitudes, cassent les castes et balancent de l’énergie contre le mur qui semble nous enfermer. Sans concessions, acides et rocailleuses, leurs chansons ont un goût âpre comme People In Love Make Me, rappelant qu’un jour la révolte semblait plus proche qu’une résignation par défaut.

Alors, du coin de leurs harmonies mordantes, de leurs guitares acides, Drenge fout la pagaille avec délectation et l’élégance toute révoltée comme sur Gun Baby.

Petit groupe habitué des pubs, ils ont eu une publicité supplémentaire, lorsque le député Tom Watson a démissionné du cabinet d’Ed Milliband, lui recommandant d’aller voir un des concerts de Drenge, si il voulait devenir un leader. Musique et politique, angoisses et rêves, Drenge est devenu Outre-Manche, un groupe mis en lumière par la politique, mais qui a su éviter toute récupération politique.

Hors du système, fagoté du réalisme d’une jeunesse éprouvée, sans illusions, ils hurlent leur désarroi comme sur Face like Skull. Les sentiments sont traités sans compromissions avec panache comme sur I Don’t Want To Make Love to You.

Garage rock au goût amer comme Nothing, les deux frères promènent leurs guitares vicieuses et leurs chants rageurs sur des mélodies franches et musclées. Des guitares en riffs distordues, des batteries bouillantes, leur essence même est fiévreuse, leur refrain acerbe comme le « I broke my skin of my teeth on the steps to the church” .

Dissonantes mélodies au cœur battant, les deux frères ont une expression baignée de grunge, irriguée de punk, infusée d’insouciance rock énervée. Alors que Let’s Pretend résonne de manière sombre comme une pérégrination souterraine, la mise en abime se clôt par FuckAbout impeccablement tendre, l’énergie en volée généreuse.

Ils signent chez [Pias] / Infectious Music, un impressionnant début rauque, à l’impétuosité toute juvénile, puissamment jouissive. Si vous voulez les voir sur scène, ils seront le 10 novembre prochain à la Boule Noire dans le cadre du Festival Les Inrocks. Ils valent le détour sans l’ombre d’une hésitation.

Tracklist :
1-People in Love Make Me Feel Yuck
2-Dogmeat
3-I Wanna Break You in Half
4-Bloodsports
5-Backwaters
6-Gun Crazy
7-Face Like a Skull
8-I Don’t Want to Make Love to You
9-Nothing
10-Bye Bye Bao Bao
11-Let’s Pretend
12- Fuckabout

Drenge-Drenge

Close