Close
Dry The River : Shallow Bed

Dry The River : Shallow Bed

Dry The River est un nouveau groupe londonien qui sort son premier album pop folk assez mélancolique mais énergique. Puissants, gracieux, ils inventent des bulles de musique épique et intimiste, à la croisée de Wild Beast, Arcade Fire avec une pincée de la voix d’Antony and The Johnsons.

Dry The River est en équilibre fragile et lorsque le lisse semble frisé, ils se reprennent toute en énergie, grâce à des refrains plus énervés.

Le chanteur Peter Liddle, avec sa voix plein de de poésie et de failles, donne toute son envergure au groupe et participe au côté mystique de leurs chansons. Produit par l’excellent Peter Katis, dejà connu pour avoir œuvrer pour The National, tout est là pour que le groupe touche les sommets.

Deux faces se combinent sur cet opus: une face plus sombre, portée à la mélancolie  et incarnée par « History Book« , « Demons« , « Bible Belt« , « No Rest« , « Shaker Hymns« , ou « Lion’s Den » agonisant presque. Et une face plus grandiloquente, plus tonique et peut-être plus neutre, celle de « Animal skins« , « The Chambers & The Valves » ou « Family« , moins vibrantes.

Reste l’harmonie flagrante instauré entre chant et instrumentation, sans dissociation aucune. Pour un premier album, il est remarquable et vibrant. A suivre donc Dry The River, en leur souhaitant l’apogée sous les étoiles.

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/playlists/1651535″ height= »200″ iframe= »true » /]

 

Close