Close

Ellery James Roberts : Kerou’s Lament

Wu Lyf avait la mélodie irrévérencieuse et l’urgence vissée au corps, sous des harmonies sauvages marquées par une force brutale qui manque cruellement à ce monde. En novembre dernier, Ellery James Roberts mettait un terme à ce qu’il avait fondé et habité passionnément, Wu Lyf.

De ce bateau à la renverse, certains ont formés d’autres groupes comme Los Porcos, projet bien loin du sublime de Wu Lyf. Tandis que le bassiste Tom MCClung vacait à son projet solo, le plus attendu d’entre eux, Ellery James Roberts restait silencieux.

Ellery James Roberts vient de mettre un terme à ce silence, en dévoilant un premier morceau solo, KΞR✡U’S LAMENT. Sur cette piste nappée d’orchestrations épiques, il semble rugir face à la fin d’un monde, rappelant de sa voix torturée les fêlures et les faiblesses de la société en des harmonies belles à succomber.

En trois notes, il crie que tout est politique et mélancoliquement urgent. KΞR✡U’S LAMENT vous donne alors furieusement l’envie de briser toutes les hiérarchies et des désirs de balancer des parpaings plein la route.

Comme à son habitude, il se démarque, utilisant « avec amour et sans permission », des samples de Clams Casino et Lil B (I’m God) et de Daniel Pincbeck (Planetary Inititation) dans un collage ténébreux,  martelant par là-même les idéaux en lesquels il croit.

Sur des samples vocaux donc et des beats aléatoires complexes et organiques, la voix de Roberts balaie la mélodie, semblant déchirer le lien avec le passé et mettant le feu aux lendemains tragiques. Avec lui, simplement, « La liberté s’allume dans les ténèbres. »

Ellery James Roberts : Kerou's Lament

 

Close