Close

Fergus & Geronimo : Funky Was the State of Affairs

Sorti chez Hardly Art Records, Funky Was the State of Affairs, Le deuxième album d’Andrew Savage et Jason Kelly, respectivement Fergus & Geronimo (comme dans La Guerre des Boutons, oui), est un joyeux mélange d’influences vintages : garage-rock, punk, noise…

Unlearn, leur premier album était déjà un gros rappel de ce qui se faisait depuis quelques décennies dans l’industrie musicale, remontant même sur le dernier morceau jusqu’aux années 50. Un univers rétro à souhait, particulièrement garage-rock dans l’ensemble et qui laissait déjà entrevoir une envie de psyché.

Les deux sales gosses, rejoints sur cet album par deux nouveaux membres ( Bob Jones usant de son synthé analogique pour contribuer au chaos de certains morceaux et Jef Brown au saxo), continuent de s’amuser et abordent des thèmes aussi variés et surprenant que les extraterrestres, les rencontres intergalactiques ou l’empire romain.

Leur univers est parallèle comme en témoigne les trois premières pistes de l’album :

Ces gens-là ne manquent pas d’humour et de bizarrerie (toute calculée) donc. Vaste programme en perspective. Funky Was The States Of Affairs n’est pas sans rappeler quelques morceaux de Talkings Heads et de The Undertones,

Quant à The Strange One Speaketh, cela rappelle Gang Of Four :

Enfin My Phone’s Been Taped semble être une réminiscence de Buzzcocks ou Frank Zappa, une de leur grosse inspiration.

Malgré tout, il sonne davantage comme un album contemporain en comparaison avec son prédécesseur. Fergus & Geronimo livre un opus énergique qui parvient à être à la fois mélodique et noisy.

Voici la tracklist :
01 – Planet Earth is Pregnant for the 5th Time
02 – No Parties
03 – The Strange One Speaketh
04 – Roman Tick
05 – “My Phone’s Been Tapped, Baby”
06 – Roman Nvmerals Wiretapping Muzak I
07 – Spies
08 – Earthling Men
09 – The Uncanny Valley
10 – Earthling Women
11 – Drones
12 – Wiretapping Muzak II
13 – Off the Map
14 – “The Roman Stuff is Where it’s At”
15 – Marky Move
16 – Funky Was the State of Affairs

Et le reste de leurs pistes, histoire d’avoir un panorama complet de Fergus & Geronimo :

Spies en live

Fondamentalement, c’est un album qui explore l’effondrement de la civilisation, dans un chaos ludique. Ici la sagesse et l’humour noir fusionnent, avec quelquefois des angoisses qui affleurent marquées par les synthétiseurs et le bruit.

Derrière leur kidnapping sonore, c’est l’agitation causée par l’aliénation des habitudes modernes qui est dénoncée effrontément, conceptuellement même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close