Close

Hozier : Take me to Church

Derrière Hozier se cache l’irlandais Andrew Hozier-Byrne, à la voix qui navigue entre rock folk, soul et blues. Il vient de dévoiler un EP de quatre titres Take Me To Church.

Inspiré par une forme de spiritualité qu’il interroge avec mélancolie et sans compromissions, il joue de tous les instruments sur cet EP, aidé de Ficachra Kinder à la batterie et de Rob Kirkwan (Pj Harvey) pour le mixage.

De sa voix grave, incarnant les individus qui cherchent leur chemin, en tentant de ne pas perdre l’espoir sous toutes ses formes, de se frayer un chemin parmi les désillusions qui colorent le monde actuel, Hozier chante comme il respire, une vision du monde comme un vague à l’âme doux.

Ainsi, sur Take Me To Church, petit gospel qui swingue avec des envolées blues, les regrets, la perte, la solitude sont brassés par des riffs de guitares et de batteries. Lui, le faiseur d’harmonies et de nostalgie tendre, déploie dans un folk soul, des notes à l’encontre du monde, comme un carnet de bord où les guitares et le chant palpitant battent comme les pulsations d’un cœur triste.

Le rythme fait de va-et-vient, battant la cadence comme une chaise à bascule, oscillant entre sérénité et mélancolie qui remet la foi, au sens large, en question sous des tempêtes d’harmonies. Entre Willis Earl Beal et Piers Faccini, l’ombre de paysages oniriques de sentiments libres flotte sur les mélodies.

Hozier prend des virages, emmenant Angel Of Small Death & The Codeine dans un blues soul où sa voix flirte avec le rhythm and blues. Jouant du piano et de la guitare, multi-instrumentiste de talent, il crée des mélodies à la poésie toute évocatrice, fournissant sa vision de la vie, angle d’attaque singulier qui peut embraser le monde.

Puis, Cherry Wine, émotion pleine, lumineusement percutante, intensément intimiste, clôt la pérégrination comme une confidence soufflée à l’aide d’une guitare.

Aucun terrain ne lui est interdit, pas même le jazz de Someone New qu’il traverse magnifiquement. Alors comme une toile abstraite, les harmonies de Hozier mettent en évidence une méthode : ne pas calculer, mais développer et faire naître, à la manière de Gerhard Richter, tout en faisant voler les certitudes.

Tracklist :

1.Take Me To Church
2.Like Real People Do
3.Angel Of Small Death & The Codeine Scene
4. Cherry Wine (live)

Hozier - Take me to Church

1 comment

  1. Bernd Sch. says:

    artiste que je ne découvre que ce jour (13 octobre) car « Take me to church » est 4eme du Top singles Irlande avec ce clip choc .. : http://youtu.be/MYSVMgRr6pw

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close