Close
I Am Kloot @La Maroquinerie

I Am Kloot @La Maroquinerie

En première partie de I Am Kloot, ce samedi 23 mars à la Maroquinerie, il y avait Ralfe Band, petit groupe attachant et bordélique de folk pop brumeuse qui cultive l’ivresse du désabusé et le conjugue à l’urgence de vivre comme I Am  Kloot. Leur poésie n’est pas pour nous déplaire et a su convaincre les plus impatients de la seconde partie, avec leur Fiesta Song.

Duo originaire d’Angleterre et projet d’Oly Ralfe, ils ont su s’imposer comme des grands à la maroquinerie. Ils préparent actuellement leur album Son be wise qui sortira le 3 juin prochain chez Higline Records, mais pour l’heure leur single Come on Go Wild ( sortie prévue le 8 avril prochain) donne un aperçu de ce qu’ils savent faire.


Il est déjà 21h05 lorsque I Am Kloot, trio tant attendu rentre sur scène en formation de cinq, avec l’apport des cuivres. Leur nom fait sourire, I’m kloot ou dans le texte « Je suis une couille » mais au contraire de cette première impression, leurs textes sont élégants tout comme leur musique.

Les mancuniens de I am Kloot depuis 1999, cultivent une part d’ombre, derrière John Bramwell à la voix de velours écorchée et sa guitare éternel compagnon de route, Peter Jobson (basse) et d’Andy Hargreaves, le batteur et font de la pop qui oscille entre pop infusée rock et la folk sale.

Venant de sortir un nouvel album Let It all In produit par Craig Potter et Guy Garvey (Elbow), après 3 ans d’absence depuis Sky At Night, ils étaient samedi soir sur la scène de la Maroquinerie.

Loin de décevoir leurs fans venus les voir en live, le trio est attachant, faisant vivre sur scène leurs chansons comme personne. Blues-folk qui rappelle que la vie n’est pas un long fleuve tranquille mais est faite de zigzags, d’hésitations, de cuites mémorables, tout comme d’une accumulation de déceptions qui pourtant ne chasse pas l’espoir du cadre.

La Maroquinerie ressemblait à un pub chaud, excité à l’idée de partager de bonnes mousses, comme en réclamait John Bramwell un peu à la manière d’Arno. Plus persuasifs que sur leur dernier album, leur chansons retentissent ici d’une énergie douce et aigre à la fois.

Comme accoudés à un bar, ivres de plaisir, baignant dans l’alcool, la une plume trempée dans cette délicieuse mixture, le désespoir suave est ici mélodramatiquement dépouillé.

Se livrant à des confessions sonores, I Am Kloot distille de la poésie aux mélodies bien charpentées. Comme des trublions, ils révèlent toute leur richesse sur scène, le cœur au coin des verres, l’énergie fébrile semblable à celle de nouveaux venus sur la scène musicale.

Chantant avec délectation des lendemains moroses comme sur Bullets, la nature comme sur Hey Little Bird, le désordre sur No Fear To Falling, la vie sur Nothern Skies et Masquerade ou un hommage vibrant à la fille de Bramwell sur Shoeless. Leur âme ne laisse pas indifférent.

Ils mélangent leurs albums notamment I Am Kloot Play Moolah Rouge, Let It all in et  Sky At Night dans un charmant enchantement, rappelant, s’il en était besoin, toute leur cohérence et leur détermination dans la voie qu’ils ont fait leur depuis presque 13 ans, celle de la poésie pleine et entière. Les marécages de la vie resplendissent ici d’une lueur douce et aguicheuse, un humour noir en sus qui se reflète dans un caniveau devenu rivière limpide et douce.

Some Better Day et These Days are Mine apparaissent alors comme prémonitoires.

Effectivement les jours de 2013 semblent être les leurs, celle de leur renaissance avec ce sixième album beau comme un lendemain qui chante ou comme une nuit que l’on voudrait retenir pour toujours. Hold Back The Night est un cri puissant, haranguant les émotions des individus avec délicatesse et fougue.

Lorsqu’on les voit en concert, on comprend toute la dichotomie de leur nom, car leur singularité est bien de nous faire osciller entre les pleurs et le rire dans un joyeux bordel généreux.

I Am Kloot, c’est de la poésie cinglante aux métaphores sauvages qui frappent directement le cœur et l’estomac, contrastant ainsi avec la structure conventionnelle des chansons. Let In All In est sorti le 21 janvier dernier chez Shepherd Moon/[PIAS] France, écoutez-le si vous ne le connaissez pas encore et allez les voir la prochaine fois qu’ils passent par chez vous.



Tracklist

Bullets
Let Them All In
Hold Back The Night
Mouth On Me
Shoeless
Even the Stars
Masquerade
Some Better Day
These Days Are Mine
Forgive Me These Reminder

Iam Kloot @La Maroquinerie

Close