Close

IamAmiwhoami : Goods

IamAmiwhoami est une belle étrangeté venant tout droit d’un autre univers dont l’esthétisme épuré et féerique rappelle à la fois celui de Tim Burton et le surréalisme de Lynch. Pénétrer dans sa musique est comme un voyage dans des contrées lointaines et inconnues où vos repères sont nuls et non avenus.

Son nom IamAmiwhoami semble lui-même ne rien vouloir dire mais ne vous y trompez pas, tout a un sens chez eux et le titre même du groupe signifie tout simplement «je suis suis-je qui suis-je». Métaphore sur l’identité, le soi et l’autre, qui résume en un seul titre la démarche ainsi que la musique de IamAmiwhoami, expérimentale et hautement addictive.

Mystérieux à souhait, on a longtemps ignoré qui se cachait derrière les vidéos mystérieuses lâchées en 2009 sur Internet qui relevaient d’un projet musical codé, aux chiffres et aux lettres dévoilées sans expliquation. Après le succès viral de ces vidéos, il a été découvert que la responsable n’était autre que Jonna Lee, chanteuse suédoise pop, brindille semblant toute innocente. La douce a un univers singulier, alliant stylistique épurée et musique électronique ensorcelante, en somme un fantasme sonore tout volatile et extrêmement envoûtant. Leur premier album Kin, sorti via Cooperative Music, est de l’électropop au caractère bien trempé, au lyrisme synthétique et à l’allure surnaturelle. La voix de Jonna Lee, mutante, hante leurs mélodies aux rythmiques magnétiques, aux rivages lunaires, laissant votre imagination faire le reste et vous entraîner à sa suite, libéré.

Kin est un opus captivant, dense où neuf pistes se jouent de vous, captant toute votre attention et vous offrant des surprises à l’infini. Ici, dans l’univers de IamAmiwhoami, rébus et puzzles sonores vous emmènent dans une progression captivante au travers de morceaux brillants et oniriques. « Sever » en est la porte d’entrée, petite méditation nébuleuse et bouleversante et « Goods« , la porte de sortie, tribulation constellaire lancinante. Entre les deux, une ballade initiatique.

« Goods », ce sont des vibrations noires synthétiques, légères comme un nuage, entre Portishead, The Knife et Björk, aux confins du lumineux. La piste vous captive avec une pop synthétique et toute atmosphérique. Brillante de mille rêves, leur musique scintille et vous saisit sur ses terres mythologiques et symphoniques. Ensemble songeur qui crépite et palpite aux creux de la main et des oreilles, voilà une musique toute aérienne qui déroule le fil du possible où rêve et réalité se chevauchent en délicatesse et en fanfare.

IamAmiwhoami est une passerelle sonore vers des univers divers, visuel à l’appui aussi intéressant que ses sons. Jonna Lee, c’est une voix aérienne et subtile, des paroles sensibles sur une rythmique qui vous donne des coups de fouets, littéralement jouissif et venu d’un ailleurs exploré. Ce sont des battements d’ailes qui prennent corps sur des beats acérés aux basses électro, puissants échos vibrant, reflet de mélodie brumeuse aux confins du festif, avec un petit quelque chose de Kate Bush, mystérieuse musique avec des ressources toutes minimalistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close