Close

La PreskITW – Chlöe Howl

Vous avez maintenant forcément entendu parler de Chlöe Howl. La musique pop de la jolie rouquine est forcément arrivée jusqu’à vos oreilles, notamment car nous en avons parlé sur Pause Musicale. Dans le cadre du Festival International de la Mode et de la Photo de Hyères, la jeune anglaise a bien voulu se préter au jeu de La PreskITW, et nous parler d’elle, de son album à venir, et de ce que représente la scène en France pour elle.

Pause Musicale : Peux-tu nous parler un peu de toi, pour le public qui ne te connaitrait pas encore ?
Chlöe Howl : Je suis une auteure/interprète et vient d’une petite ville en banlieue de Londres. J’ai quitté l’école à 16 ans pour faire de la musique et 3 ans plus tard, c’est toujours ce que je fais !

Quel est ton process d’écriture ?
Je prends des notes sur mes pensées et les expériences que je traverse au fil des jours/semaines/mois/années et j’amène ces notes en sessions d’écritures pour les transformer en paroles. Ce sont généralement des divagations irrationnelles d’adolescente que je tente de mettre en chanson.

Comment décrirais-tu ton son et ton approche de la musique ?
Ma musique est pop, définitivement, mais j’aime à penser que cela a plus de substance que l’habituel son « happy-go-lucky », le côté « bubblegum » de la pop. Je n’aime pas les choses édulcorées, et je préfère ne pas mâcher mes mots plutôt que d’être malhonnête. Je pense qu’il est important d’être le plus sincère possible dans l’écriture car c’est le seul moyen pour que les gens puissent s’identifier.

Est-ce que tu peux nous parler de cette chanson, Rumour, que tu as créé pour RedBull et The Stage Of The Art, et de son processus de création ?
J’ai écrit Rumour à une période où les choses devenaient vraiment compliquées avec mes potes et les gens à l’école. J’avais presque 17 ans et à cet âge, on fait de nombreuses erreurs en essayant de trouver qui l’on est et ce que l’on a à l’intérieur. Et si les gens qui sont censés t’aider à traverser ça, sont les mêmes personnes qui te jugent pour cela, cela devient très compliqué. J’ai donc écrit Rumour dans l’esprit « Allez les gars, détendez-vous un peu les uns, les autres ».

Ton premier album sort en septembre. Tu veux bien nous en parler un peu ?
Je pense que les chansons qui sont sorties pour le moment sont bien représentatives de l’esprit que j’ai voulu capturer. J’ai écrit tout l’album entre 16 et 18 ans donc cela parle forcément de la quête d’identité, de ce que l’on est et de l’expérimentation, pour la première fois, de nouvelles choses.

Tu as travaillé avec EG White (Adele, Duffy, James Morrison, Joss Stone…), qu’est-ce qu’il a apporté à l’album ?
EG a été la première personne avec qui j’ai vraiment écrit. Nous avons écrit ensemble trois chansons qui sont présentes sur l’album. Il est incroyable.

Ta collaboration rêvée, ça serait avec ?
Peut-être Robyn ! Ou Drake ! Ou Robyn ET Drake ! T’imagines ?

Tu vas jouer au Festival International de la Mode et de la Photo à Hyères (l’interview a été réalisé avant le festival), est-ce que la France est une étape importante pour toi et qu’est-ce que tu en attends ?
Je suis vraiment excitée de jouer au festival, ça s’annonce vraiment intéressant ! Cela fait quelques scènes que je fais en France maintenant, et à chaque fois, le public a été réactif et enthousiaste. J’ai donc hâte de revenir !

Les paroles ou la citation qui te correspond le plus ?
Oh mon dieu, je ne sais pas ! Les très bonnes paroles conviennent à tout le monde, il y en a trop pour choisir.

Et dans ton lecteur MP3, qu’est-ce qui tourne en ce moment ?
ASTR et Elliphant !

Chlöe Howl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close