Close
La PreskITW – My Summer Bee

La PreskITW – My Summer Bee

My Summer Bee dénote avec ces rythmes pop électro conjuguées et une étrange douceur cadencée par leur esprit espiègle.

Jeune quintet de Caen à la fraicheur irrésistible et aux mélodies martelant un été éternel, My Summer Bee a sorti son premier EP réalisé et mixé par Florent Livet (producteur de Bloc Party) dont Figurine et Time’s Running On cadencent les cœurs et procurent une respiration douce et sucrée.

Insouciantes avec une pointe de noirceur délicate, leurs harmonies réveillent les esprits et happent les corps. Rencontre avec Julien et Nicolas, de ce groupe rétro-futuriste irrésistible.

Prec1 / 2Suiv
Utiliser vos touches ← → (flèches) pour naviguer

Pause Musicale : Vous venez de sortir un EP de 5 titres, comment le définiriez-vous en terme de son ?
My Summer Bee : L’EP est électro / pop. Après, c’est compliqué de définir un son en particulier car on a bossé pendant deux ans pour y aboutir. On a voulu ne pas être qu’électro, et ne pas être que pop, c’est pour cela qu’on s’est mis à sampler des guitares, des voix parfois décalées. L’idée, c’est d’avoir une base électro pop et de rajouter du bois, des percussions, des cuivres…

Vous êtes 5 sur scène. Comment se passe votre collaboration ?
A l’origine de My Summer Bee, il y a deux personnes : Sébastien et moi, Nicolas. Cela fait longtemps qu’on se connait. On a fait différents projets avant et on s’est lancé dans ce projet-là à deux. Joy nous a rejoint rapidement et, à partir de là, on a eu l’idée du duo, à savoir deux voix qui se répondent, qui coïncident.

Sur scène, on est cinq, mais dans les compos on est deux essentiellement. Puis on confronte cela au groupe pour le live, et avec ces retours du live, on adapte. Ce ne sont donc pas vraiment des décisions collégiales.

« Les paroles ne sont pas forcément très optimistes mais la musique effectivement vient compenser, justifier, en disant « C’est pas grave. »

Quel est votre parcours ?
On avait un projet de chansons rock en français avant. Mais on a eu envie de faire autre chose car on en avait fait le tour, alors on a pris des machines, des synthés et ça a donné My Summer Bee. On avait vraiment envie de revenir aux origines de ce qu’on a écouté, de l’électro et de la pop.

Vous avez un morceau préféré sur cet EP et entre les remixes ?
Figurine, c’est un des premiers morceaux qu’on a fait. On la remodifié juste avant la sortie de l’EP. Alors que Time’s Running On est arrivé 6-8 mois après cette créa, donc entre les deux, il y a eu pas mal de vie musicale avec d’autres morceaux. Donc c’est différent mais le choix n’est pas faisable.

Sur les remixes, on nous en a proposé plusieurs pour Time’s Running On et ils sont là. Pour Figurine, on était tellement fan du remix de GaBLé qu’on ne voulait pas une « concurrence » entre les remixes.

Pourquoi avoir inclu ces remixes ? Et est-ce que remixer les autres vous intéresse ?
Oui nous aussi, on se lance dans les remixes. On adore passer un morceau à quelqu’un d’autre pour voir ce que ça peut donner. Avec GaBLé, il identifie une boucle autre que celle que l’on a choisi, il enlève complètement le refrain et cela donne un résultat très dark à la GaBLé et on adore ça. C’est vraiment cool de voir son morceau réinterprété.

« On a voulu ne pas être qu’électro, et ne pas être que pop »

Comment vous justifiez l’effervescence qu’il y a à Caen en ce moment au niveau de la musique ?
Le Cargo y a joué pour beaucoup. C’est une salle qui a ouvert il y a 7 – 8 ans maintenant et ça a structuré un peu les groupes.

Ils ont bien accompagné les groupes car il n’y avait pas de studio d’enregistrement ou de repets à Caen et là, d’un coup, tout a été centralisé autour de cette scène.
Par contre, si c’est plus facile de faire de la musique qu’il y a 10 ans, ce n’est pas plus simple d’en sortir et c’est ça qui est paradoxal. Il y a tellement de groupe, tant de choses à écouter, que pour les labels, ça devient compliqué.

Prec1 / 2Suiv
Utiliser vos touches ← → (flèches) pour naviguer
Close