Close

Jake Bugg – Shangri La

Un rythme chaud brumeux, rocailleux et fougueux, oscillant entre la folk country et le rock entêtant, voici Jake Bugg et son nouvel Shangri La qui débarquent. Mélodies allume-feux, cadences plurielles, un flow rockeur, il semblerait que Jake Bugg ait chaussé des mélodies rock and roll et enfilé un blouson de cuir dans ses harmonies.

La tête dans les basses soufflantes, les mains dans le cambouis des squelettes d’un rock nostalgique des folles années, le voici de retour après son premier album éponyme, il y a tout juste un an.

Ici, des pistes de feu, un rythme effréné et une efficacité coupante sur des mélodies crasseuses, au souffle ardent comme sur There’s A Beast And We All Feed It ou sur Slumville Sunrise, un peu plus dans la lignée d’Oasis.

Pas de répit donc sur cet album, si ce n’est quelques ballades plus douces bercées par l’élégance des guitares comme l’excellente Me and You portée par son timbre si reconnaissable.

Une plume quelquefois suffocante, qui se fait plus acide sur le très bon Messed Up Kids et Jake n’est pas loin, du haut de ses dix-neuf années, des hauteurs.

Là, l’envie de réaffirmer son style singulier, vintage s’y affirme. Jake Bugg, se glissant dans les baskets de ses aïeuls, dans les stetsons des traditions,  y arrive à merveille, sans révolution, à la force de sa voix si particulière.

Revisitant le rock des années 60′, il balance ses classiques et traverse les grandes étendues américaines avec sa nonchalance anglaise. Dandy contemporain version Johnny Cash, il balaie de ses guitares une folk rugueuse, une pop souple et un rock clashant à la saveur toute britannique.

A l’aise avec les traditions forgées d’une main de maître par les grands, le petit Bugg ne nage pas dans des costumes trop grands pour lui. Il les habite et devient même survolté sur Kingpin ou What doesn’t kill you, un brin punk.

Shangri La est, on peut le dire, épineusement fougueux et musclé. Aidé du grand Rick Rubin, producteur bien connu d’Eminem, de Kanye West ou de Cash, ce dernier a additionné au folk de Bugg, un virage rock aux saveurs ténébreuses.

Seulement, voilà, Jake Bugg est plus touchant sur les mélodies folk surannées, aux vapeurs mélancoliques comme sur l’excellent Pine Trees ou le très beau Storm Passes Away qui rappellent Woody Guthrie le grand et donnent l’envie d’évasion en terres country.

Pas de bouleversements, ni de subversions donc sur cet album, mais des mélodies irrésistibles qui prennent pour certaines aux tripes. Jake Bugg n’a donc pas fini de faire parler de lui.

Tracklisting
1. There’s A Beast And We All Feed It
2. Slumville Sunrise
3. What Doesn’t Kill You
4. Me And You
5. Messed Up Kids
6. A Song About Love
7. All Your Reasons
8. Kingpin
9. Kitchen Table
10. Pine Trees
11. Simple Pleasures
12. Storm Passes Away

Jake Bugg - Shangri La

Close