Close
Jesse Boykins III, Jackson & TNGHT (Red Bull Music Academy) @ Villette Sonique

Jesse Boykins III, Jackson & TNGHT (Red Bull Music Academy) @ Villette Sonique

Alors que s’ouvrait à New York sa 15° édition, la Red Bull Music Academy s’installait également à la Villette Sonique avec une programmation radicale et novatrice.

Fondée en 1998 sous la forme d’un workshop où de jeunes musiciens travaillent avec des grands noms de la musique actuelle, la Red Bull Music Academy, plateforme pour la musique underground et récréative, a donc investi la Grande Halle de la Villette, dimanche 26 Mai. Ici, pas de place aux doutes, les beats et le groove ont résonné à l’unisson du public.

Après avoir profité de la pelouse et des concerts offerts dans le parc de la Villette, voici la nuit qui commence à tomber et le programme des réjouissances, cette fois à l’intérieur, a de quoi laissé impatient…
Réussissant son pari, la Red Bull Academy a enivré la Villette Sonique de rythmes endiablés. Le premier a se présenter sur scène, n’est autre que Jesse Boykins III et son R’n’B expérimental, inventif.

Signé chez Ninja Tune, il a sorti un album que l’on a aimé, loin des convenances, naviguant dans des eaux troubles et imprévues où il mélange avec délice ses influences diverses.

20h04 donc et Jesse, accompagné d’un clavier, d’une basse et d’une batterie s’empare de la salle, la soul dans les baskets et la voix perchée dans les harmonies aériennes. Qu’importe si la halle est loin d’être comble, Jesse fait chanter les gens, avec entrain, à l’aide d’une soul aux intonations jazzy, un R’n’B suave et addictif.

Jesse Boykins III, Jackson & TNGHT : Red Bull Music Academy Night @ Villette Sonique

Les chansons se suivent comme Back Home de son ancien EP Way Of A Wayfarer, des beats à outrance et un groove qui enlace tendrement.

Puis, des harmonies plus jazzy où la puissance de sa voix perce les mélodies tel un gospel moderne, bercé de touches d’électro. Au passage, il reprend un titre de Feist, hypnotique.

Énergie douce et irisée, l’homme sait tout faire, se glissant dans différents costumes qui lui siéent tous à merveille. Mélangeant anciens titres et plus récents, il livre une performance qui séduit intensément. Alors dans un souffle, il glisse avec Her Throne, rebondit sur Hold On, tacle avec Tabloids, se ressource sur The Perfect Blues, continue avec The Night is Tru, puis reviendra sur I can, hypnotisant l’assemblée.


De nombreuses et différentes faces, Jesse Boykins est un schizophrène des sons, un faiseur de mélodies irrésistibles.


21h35 déjà et un son qui explose : Jackson à la Villette, sonique justement, l’homme a la platine dégaine et plonge dans un univers bombé de lumière, auréolé de beats orgasmiques.

Remarqué avec un album sorti en 2005 sur le label Warp, Jackson ou Jackson and his computer band a une approche particulière des beats, étant un dandy disco.
Son second album est en préparation, produit par Zdar et montrera comme les lives de Jackson qu’il demeure bel et bien à l’avant-garde de l’électro, savamment versatile, irrésistiblement audacieux.

Aérien et explosif à souhait, son set a l’élégance somptueuse et la cadence à fleur de peau. Sons lourds, tempo en farandole, cascade de beats, électro des sens, lumière de la nuit, Jackson, c’est une jungle urbaine de sons, un oasis de rythmes au souffle acide et à la cadence lascive.

Ici, Hip Hop et électro se touchent, fusionnent, électro fever enflammé. La foule plus nombreuses bouge aux rythmes de Jackson. Lui fait le grand écart entre Bjork, Prince, avec classe et panache, du grand éclectisme.
A 22h43, il se retire avec élégance. La salle résonne encore de ses beats…


Mais ne nous voilons pas la face, le public est venu en nombre voir les deux beatmakers sauvages de TNGHT, pour leur premier concert à Paris. La foule se gonfle, l’impatience grandit jusqu’à ce que TNGHT arrive enfin sur scène à 23h20.

TNGHT (à prononcer Tonight), mené de front par l’écossais Hudson Mohawke (ancien participant de l’Academy) et le Canadien Lunice, apparait dans la nuit noire où seul la table de mixe pulse comme un cœur qui bat d’une lumière chaude. Les beats résonnent de plus en plus forts, un néon blanc s’allume puis quatre néons verticales et 1 horizontale. TNGHT est dans la place.

Jesse-Boykins-III-Jackson-TNGHT-Red-Bull-Music-Academy-Night-@-Villette-Sonique
Après avoir sorti un EP de bass music, TNGHT marie subtilement banging, électro minimal et hip-hop, le tout bordé d’un rythme incendiaire. Higher Ground et Easy Easy prennent toute leur ampleur en live. La chaleur irradie la foule remuant comme un même et seul individu, porté par les vagues de cadences et les beats explosifs insufflés par le duo, breaks hip-hop ou crunk.

Du son en apothéose, une puissance sale et jouissive dans les beats appuyés et une cadence lancinante, les mecs de TNGHT mettent le feu, comme sur Acrylics, petite boîte à musique du chaos.

Invitant aux sons, leur musique est explosive, rare, enivrante et la foule saute, oubliant tout. Toutes leurs pistes y passent et tout tabasse avec un rythme saccageant les cœurs et livrant à la transe les corps à l’abandon.

Riche soirée donc, belles performances plurielles et singulières qui offrent une nuit mémorable aux individus présents et leur fait se poser cette question : à quand la même ?

Merci la Villette Sonique de peupler nos nuits de beats outranciers et d’espoirs tempétueux, gorgés de sons en overdose. A l’année prochaine !

Close