Close
La Playlist du mois | Avril 2015

La Playlist du mois | Avril 2015

 

Ne jamais abandonner ses rêves ni ses engagements, tenir coûte que coûte, sans jamais se perdre, pendant que le reste du monde semble vaciller. Puiser des forces dans les harmonies qui nourrissent les coeurs et les corps. Alors, laisser couler les émotions, oubliez les mesquins et pérégriner le long de cette playlist du mois d’avril 2015 qui offre 50 raisons d’espérer.

Dans cette sélection du meilleur mensuel, les cinquante artistes sélectionnés, font taire les tracas, illuminent de leur sens aiguë du rythme les coeurs, distillant des notes qui sont autant de sentiments et d’émotions qu’une histoire infinie où se mêlent plusieurs versions d’une même réalité : l’imagination et la liberté.

Alors, laissez-vous portez par ces titres, et profitez, car la musique est, comme le dit Milan Kundera, « une pompe à gonfler l’âme. »

Bonne écoute et belles découvertes…

La playlist

Prev1 of 2Next
Use your ← → (arrow) keys to browse

La Playlist du mois | Avril 2015

1- Allyson Ezell – Pick It Up : Une brise pleine d’un swing singulier, voici Allyson Ezell qui offre une parenthèse de pop métissée d’un grain de folie funky hanté de zestes de soul, sous des rythmiques addictives.

2- Leisure – Got It Bad : Des murmures en un chant qui claque les coeurs d’un groove lancinant, voici Leisure qui bouscule avec des harmonies psychédéliques indélébiles. Ici, les pulsations voluptueuses, gorgées de synthés et de lignes de basses, sont enivrantes.

3- Mozambo & Basic Tape – Bright Side Ft. Julia Church : Puzzle harmonique au groove irisée de cadences soul, d’électro qui fait frissonner les corps, voici Mambo & Basic Tape proposant un hymne au carpe diem éternel, sous le chant pepsy de Julia Church qui apporte une touche pop dans l’électro house magnétique.

4- Huyghend – Runners : Originaire d’Allemagne, voici la pop aux effluves folkelectronica de Huyghend qui déploie des harmonies moirées brassées d’émotions, tout en teintes tamisées, murmurant sur des tempos lumineux et singuliers, sous un chant lancinant.

5- Marian Hill – Wasted : Des tempêtes de rythmes pleines de folie douce, tissant un récit dans une pop atypique, portée par le chant sensuel et espiègle de Samantha Gongol, c’est la recette tant aimé de ce duo que l’on chérit ici, dans la lignée de Sylvan Esso, véritables jongleurs harmoniques singuliers.

6- Nick Catchdubs – Drop feat. ShowYouSuck : Voici un hipHop musclé, aux rythmes relevés d’uppercuts de rythmes furieux, Nick Catchdubs claque les corps, sous des cadences explosives aux détonations intenses. En feat avec ShowYouSuck, ils livrent tous les deux des heurts harmoniques qui étreignent les corps sous un étau addictif tiré de l’album Smoke Machine sorti chez Fool’s Gold Records.

7- Juno Watt – Desednsitise : Des souffles ardents d’une pop qui combine des oscillations de tempos et des explosions de notes, sous un chant enivrant, voici Juno Watt. Producteur, musicien et chanteur originaire de Londres, il se prépare à sortir son premier album en fin d’année.

8- Oh Wonder – Midnight Moon : Chant suave pour évasion mutine en des harmonies qui cultivent un sens du rythme doucement endiablé, aux percussions effusives, voici notre duo adoré Oh Wonder qui dévoile leur dernière piste aux assonances sensuelles et poétiques.

9- Declan /Mc Kenna – Brazil : Une pop bercée de guitares chaudes, créant sous un chant éraillée des harmonies qui bousculent les coeurs de ses tempos énergiques, mouillées d’une nonchalance poétique qui capte les corps. Declan /Mc Kenna avec Brazil scotche tout simplement de sa pop surf.

10- Bearcubs – Paper Walls : Des pulsations plurielles, sous un chant en murmure, qui dévoilent des délicatesses rythmées de sentiments tout en échos et en résonances labyrinthiques, voici Bearcubs, petit trésor, à suivre de près, qui illumine d’un groove espiègle ses boucles électro pop.

11- St South – Cadence : Une électro soul touchante, infusant les coeurs sous des cadences douces, touchées d’émotions en filigrane, Olivia Gavranich aka St South promets un envoûtement intensif, sous ses vagues de délicats rythmes. Après sa collaboration magnétique avec Flower Drums sur Don’t Wait, la revoici plus magnifique que jamais.

12- Caleb Brown & Alexander – Breathe : D’abord une intro et des échos de reggae, puis deux flows qui prennent toute leur ampleur, sous un engagement poignant, n’oubliant pas le rythme, source de tout. Premier single donc pour ce duo hipHop, en attendant leur opus.

13- Haux – Homegrown : Retenez bien ce nom, Haux. Il est des harmonies au grain lumineusement mélancolique, aux respirations fantasmagoriques, celles de Haux sont de celles-là. De son chant doucement intense, il tutoie les coeurs, arpentant des notes ardentes, propageant une suave poésie aux balancements entêtants, dans la lignée de Howling et de James Vincent McMorrow.

14- BLØSH – Keep Your Tongue : Une mélodie claquant comme une brise douce, voici BLØSH qui réchauffe l’asphalte de leurs harmonies pop aux jeux de tempos irrésistibles. Trio originaire de Norvège, Teresa Bernabé Martín (chant et violons), Husom Vonen et Jørgen Berg Svela enlacent dans leurs notes tamisées d’énergie douce.

15- Glass Ghost – Sound Of Money : Méli-Mélo de folk et de rock torsadés de noires tempêtes et de tendres souffles, voici Eliot Krimsky et Michael Johnson qui reviennent avec Sound Of Money, chez Western Vinyl entouré de leurs amis, artistes aussi talentueux qu’eux tels Joan Wasser of Joan As Policewoman, Nat Baldwin of Dirty Projectors, et Christopher Tignor (Slow Six & Wires Under Tension). Du grand bouillonnement harmonique brouillé d’une douce rage poétique.

16- Rebecca Clements – Pure Wasted : Une voix rocailleuse écorchant les coeurs de sa pop tirant sur un rock sombre, plein de douces épines, Rebecca Clements gravite en des eaux contagieuses, entrecroisant puissance et fragilité.

17- Flako – With Me Now Feat. Dire Gerner : Pérégrination pop aux notes tendrement larvées de mélancolie tendre et d’échos électro, voici Dario Rojo Guerra aka Flako qui revient un titre mouillé d’une soul enivrante emmené par le chant de Dirg Gerner. A la fois poignant et viscéral, elle est extraite de son opus Nature Boy.

18- Mavis Staples – Your Good Fortune : De sa soul aux éclats bluesy, Mavis Staples happe avec son titre marqué de nostalgie douce et d’effusions de groove addictif. Avec des pulsations hantées d’émotions intenses, Mavis débarque avec son EP du même nom chez Antirecords. Stax vit encore.

19- Mt. Wolf – VIII feat. Alexa Harley : Des vagues de nuageuses harmonies tissant des notes en une pop aérienne aux crépitations irisées, voici Mt. Wolf qui offre une parenthèse douce aux échos folk, tirée de leur dernier EP Red.

20- Whilk and Misky – Burn With Me : Ouragan de suaves vibrations et de pulsations électro bluesy, Whilk and Misky enlace les coeurs de leur tempo fiévreux après Clap Your hands et Babe I’m Yours.

21- Izzy Bizu – Diamonds : Une voix qui bouscule, dans des entrelacs de rythmes groovy, voici Izzy Bizu qui délivre Diamonds, fusion de soul et de pop chavirante. A 19 ans, Izzy semble avoir vécu plusieurs vies qu’elle conte de sa voix éraillée de 1000 notes.

22- Gengahr – Heroine : Une mélodie qui emporte intensément, sous un chant tortueux, avec Heroine, Gengahr dévoile un autre titre psychédélique, bordé de percussions nonchalantes et de guitares ravageuses, extrait de leur album A dream Outside à paraitre le 15 juin prochain chez Trangressive Records et qui s’annonce déjà comme un orageux opus, hautement contagieux.

23- Mideau – Maude : Un mélange de nostalgie féerique et de modernité inventive à toute épreuve, voici Mideau qui infuse les coeurs de ses tempos étoilés d’espoirs et de brises légères, heurtées d’une poésie addictive nichée dans sa pop versatile.

24- WindMills – Maps : D’une pop fiévreuses aux rythmes rock, Windmills se prépare à sortir son premier album Measures en septembre prochain. En attendant, après Face To A Name, Windwills enflamme les harmonies de teintes tamisées et de balancements entêtants de tempo.

25- Urban Cone – Robot Love : Pop hantée de synthés rieurs et de percussions aériennes, Robot Love est une dream pop qui colle à la peau, soutenu par le chant doux de ce quintet suédois qui offre des étincelles acidulés aux échos rêveurs.

Prev1 of 2Next
Use your ← → (arrow) keys to browse
Close