Close
« Le plus loin possible » et au-delà : le premier album de Her

« Le plus loin possible » et au-delà : le premier album de Her

Sous la mélancolie jaillit les notes emplies d’émotions vives, sous des envolées de velours aux revers aériens, voici Her qui ne survit pas, mais vit et renait avec cet album éponyme au swing arachnéen. Sans Simon Carpentier désormais, mais avec son souffle conjugué à celui de Victor Solf pourtant, l’album oscille entre soul, RnB et électro pop embrasant les âmes d’une douceur vagabonde qui percute.

S’ouvrant sur le désormais connu We Choose, aux balancements auréolés d’émotions et d’éclats aux cuivres tout en clairs-obscurs, Her débute avec des émotions tout en torsades suaves, déroulant le fil d’un récit délicat, poignant.

Des cascades aux éclats vaporeux et aux vibrations tendrement embrasées de percussions lancinantes, Five Minutes enchaine avec une élégance somptueuse, faisant défiler les souvenirs de lives mémorables à l’unisson de deux coeurs.
C’est ainsi qu’Icarus explore des teintes brouillées de boucles faussement rugueuses, aux assonances bluesy et aux entrelacs rock réchauffant l’atmosphère de notes électrisantes qui bousculent furieusement, continuant de créer et de maintenir le pouls si reconnaissable de ce groupe à l’osmose ciselée à l’orfèvre.

Alors, Blossom Roses prend le relais, s’enfonçant en des textures encore plus soul, toujours empruntes d’une délicatesse exquise, embuée de zestes nostalgiques qui contrastent avec une contemporanéité douce. Plongée noire emplie d’arpèges sombres résonnant couleur ébène avec On & On qui claque d’un groove ténébreux.
Renforçant les teintes chaudes et rééquilibrant les battements d’une douceur tempétueuse, voici Neighborhood, bordé de choeurs de velours et de balancements troublants, qui s’avance.

Puis le percutant Trying et l’élégant Quite Like percent les coeurs avec des mouvements graciles gorgées d’un équilibre doux, fait d’arpèges minimalistes qui donnent à la fois une impression de force et de légèreté flirtant et fusionnant entre elles.
Caresses et étreintes se chevauchent et s’enlacent à l’image de Wanna Be You plus fébrile, avançant dans un groove soul puissant aux échos électro suaves, caressant les coeurs d’un souffle enivrant, dansant.

Et si  il est question d’émotion, d’équilibres et de jeux de contrastes chez Her, Swim offre un doux mélange de notes musclées et de douces pulsations, naviguant en des arpèges groovy à souhait, flirtant avec une fragilité qui s’y dévoile par instant.

Car Her, c’est une force à coup sûr, des émotions encore et toujours et l’art de faire face aux harmonies pour mieux les guider vers une liberté douce qui embrase les corps, sous des émotions diverses comme en témoigne le sensuel et ardent Good Night. Une piste qui berce les corps d’un souffle subtilement enivrant doublé d’un saxo qui agrippe pour ne jamais relâcher son emprise comme un dernier souffle maintenu en apesanteur.

Alors For Him retentit pleine d’une rage douce, tamisée d’une peine qui se fait fiévreuse pour mieux enlacer sous un déluge exquis de sentiments faisant échos au beau Shuggie et au langoureux Together qui continuent d’esquisser un horizon infini.

Peu importe les émotions variées qu’il suscite chez chacun, le passé enlacé au présent y fournit un écrin irrésistible, fait de balancements subtilement mélancoliques, où la soif de vivre s’y lit et s’y incruste en un groove voilé d’une poésie à l’élégance rugissante. Cet album, en 14 titres, crie l’espoir en la vie, avec une justesse et une finesse incomparable, sans jamais occulter les zones sombres tapies dans l’ombre des temps modernes et des existences.

Her- Her album

Close