Close
Letherette : Premier album au souffle electro house seduisant

Letherette : Premier album au souffle electro house seduisant

Letherette vient de sortir son premier album éponyme, de l’électro groove qui vous étreint de beats puissants et vaporeux comme sur l’excellent After Dawn. Andy Harber et Richard Robert forment ce duo baignée de beats irisés, un peu Massiv Attackien, un peu Daf Punkien d’inspiration. Alors de leur majesté humble, ils ont construits un disque qui leur ressemble, un collage sonore de leur vision du monde, à la production impeccable où l’électro aquatique et le discofunk se partage une poche tandis que la dream pop surréaliste et l’électro jazz une autre.

Leurs mélodies sont versatiles et gracieuses, gravitant dans des pôles doux, sous des latitudes tempérées, souffle tiède de musique délicate et toujours rythmée en continue.
Mêlant des voix à des samples audacieux, Letherette revient avec le coeur dans des cadences relevées assez pour faire bouger vos pieds et libérer vos pensées par des envolées de notes électro qui jonchent leur album comme des bouquets de tempo en vrac. Cet album sorti chez Ninja Tune, ce sont douze mélodies sensuelles qui n’innovent pas, mais qui prouvent que le duo a de la ressources et des harmonies de qualité.

Remarqué par leur troisième EP audacieux Featurette au tempo fruitée, Letherette signe donc un premier album à l’énergie solidement ancrée dans des pistes délicieuses, voilées d’électro mélodieuse comme à leur habitude.
De ce premier album, certaines pistes marquent les esprits comme Cold Clam à la soul marquée tel un hommage à Dilla, ou encore de la house bass puissante avec Hard Martha ou D&T.

La toile de Letherette est tissée d’une atmosphère brumeuse, dansante à souhait, parfaite pour l’été où les fragments vocaux penchent vers une house profonde, une soul enfouie et un groove proche de la disco. Là, des synthés et des percussions modèlent un rythme soutenue. Ici, les mélodies sont gourmandes et généreuses comme sur I always wanted You back.

Les harmonies toujours crépitantes, le funk est truculent sur Warstones et Space Cuts. Tandis que sur Gas Stations and Restaurants, le son est plus sombre et aquatique. Alors le duo clôt son album sur une touche plus expérimentale, aux guitares chavirantes avec Say The Sun. Des influences belles, un talent convaincant, Letherette transforme haut la main l’essai de son dernier EP, l’impulsion y est immersion, l’espace infini et leur vision sonore addictive.

Letherette est un parfum simple mais entêtant.
Letherette

Close