Close
L’émoi en apesanteur : Rhye @ l’Elysée Montmartre [Live Report]

L’émoi en apesanteur : Rhye @ l’Elysée Montmartre [Live Report]

Un souffle voluptueux battu d’échos magnétiques, mordu d’une sensualité distillant un groove de velours faits de mouvements éthérées, d’accords minimalistes et de bousculements graciles, Mike Milosh aka Rhye a mis en émoi l’Elysée Montmartre, lors de son concert du vendredi 23 mars.

Etreinte chaude, frôlements exquis et souffle magistral tamisé de poésie, Rhye titille les sens pour les emporter en des harmonies RnB suaves, mouillées de downtempo et d’éclats soul langoureux. Avec une précision d’orfèvre et une douceur à fleur de peau, cet artiste talentueux met le feu aux corps et aux coeurs, avec une élégance somptueuse, toute tamisée d’incandescences.

Joutes de velours, échos de satins, émotions emplissant chacune de ses notes avec une adresse incomparable, lui glisse les corps dans une apesanteur attisant les troubles pour mieux les mener à une ivresse infinie, grâce à un set à la perfection remarquable, allant piocher aussi bien dans son album Blood que dans son plus récent Woman.

3 Days, Please, The Fall, Major Minor Love, Softly, Waste se sont enchainés pour offrir une étreinte fiévreuse empoignant les âmes, sous des orchestrations repensées autrement, accentuant encore plus la volupté rêveuse pour le live. Avec une dextérité agile et des balancements tout en grâce, lui invite à une douceur ardente, presque palpable, enflammant le public, venu en masse, l’entendre.

Ses notes sont une ode aux émotions, composés d’effleurements harmoniques, multipliant les arpèges comme autant de désirs, transcrits en un groove aux teintes et aux textures gourmandes. Battements presque érotiques sur Count To Five, soubresauts hypnotiques sur Phoenix ou encore Taste, lui murmure des émotions, avec une délicatesse de braise qui incendie les âmes et irradie les corps, en effleurant d’un revers de notes fiévreuses.

Jouant avec les harmonies comme sur Open, les parant de reflets sibyllins sur Hunger et de contrastes doucement saisissants, tantôt étreinte, tantôt frôlement, parfois baiser, les notes de ce crooner attisent les coeurs comme autant d’envies plurielles, multipliant les tentations exquises comme sur le gracile Song For You.
Tissant ses arpèges de bouillonnements sous-tendus, d’ardeurs tamisées de douceur, lui invite à une pérégrination sensuelle, distillant une euphorie délicate qui grise.

Viendra alors Last Dance, où le public suspendu à ses lèvres, est à l’unisson des notes créées par Rhye, portées par des musiciens, ombres et lumières de Mike Milosh. Alors en des torsades pourpres d’un swing éthéré et chaud, sans nul doute cette dernière danse de Rhye est une danse à l’infini où résonne une alchimie exquise contenant toute la délicatesse du monde enlaçant dans une bulle de quiétude au gré des rythmes des coeurs. Hypnotique tout simplement.

Close