Close
[Live Report] Talisco @ La Cigale

[Live Report] Talisco @ La Cigale

Hier soir, Talisco faisait sa première Cigale. Sur des nappes de lumières flashantes travaillées par Hugo Genetier, le nom de Talisco se détache sur l’arrière scène comme une mise en garde, un appel en lettres de feu.

Lorsque la musique commence, les percussions et les guitares déchirent la scène. Nul place aux doutes avec Talisco, se sont plutôt des apostrophes aux chimères douces et aux évasions sauvages qui prennent forme sous son chant envoûtant.

Les titres se succèdent impeccablement, Sorrow, My Home, Follow Me montent en puissance, jouant des coudes avec les contrastes et les émotions. Comme à son habitude, sur scène, Talisco devient moins pop, plus intensément rock, plus furieusement endiablé.

Les lumières intensifient le magnétisme, apportant un peu plus leur touche cinématographique au tour de chant de Talisco, sonorisé par Sébastien Téti. Nuageuse atmosphère, électrique sensation que de voir, celui que nous avions vu il y a un peu plus d’un an au Baron, à sa première Cigale.

Hier, La Cigale était déjà trop petite pour lui

Dans des éclairs d’harmonies douces amères, dans les torrents d’énergies ténébreuses déversées, Talisco est devenu un grand, aux sommets de mélodies qui chavirent les cœurs et laissent la place à un imaginaire entêtant. Avec Talisco, la route dévoile un horizon dégagé et infini que Roy Music lui a rendu possible.

A l’ombre des obstacles, Talisco avance sans embûche, son Your Wish plus sombre restera dans les mémoires, emportant comme sa version alternative au cœur bluesy de Follow Me.

Finissant comme il a commencé, en pleine tempête d’harmonies, il emportera le public en un concert sauvage, où plus rien ne compte, à part ses bourrasques d’harmonies en toute liberté qui nous rappelent avec délice que nous sommes en vie.

Alors la phrase de Baudelaire résonne « Le Poète est semblable au prince des nuées – Qui hante la tempête et se rit de l’archer ; Exilé sur le sol au milieu des huées, Ses ailes de géant l’empêchent de marcher »

Close