Close

Man Without Country : Foe

Qui prétend que de ne se sentir appartenir à rien est impossible, ne connaît pas le groupe Man Without Country et son premier album Foe qui découle de ce sentiment, celui de non-appartenance absolue à un groupe particulier. Dans l’ère du « multicommunautarisme », ils ont choisi une posture singulière et guerrière, celle de la non-affiliation totale. Ce choix, flottant, erre dans l’album et installe un renoncement, un décalage aérien.

Man without Country, c’est un duo gallois composé de Ryan James (chant, guitare, pédales FX) et de Tomas Greenhalf (synthés/samplers) dont Foe, le premier opus, est mixé par Ken Thomas qui a travaillé notamment pour M83 et Sigur Rós.

Leur musique est toute en nuances synthétiques et en rythmes ombragés et éthérés. Voix claires et sibyllines, leur musique est une prose évanescente, voir brumeuse mais toujours intense. Complexes, ils font de l’électronica-shoegaze qui a le don d’être changeante : souvent les pistes commencent douces et se changent en amer tranchant ou l’inverse, jamais vous ne les saississez entièrement, car leur musique est versatile, la voix ressemble à celle de Ben Gibbard et eux se situent entre Porcelain Raft et Mew.


Leurs constructions emmêlées perturbent, le silence est encastré dans leur production et y a sa place comme un invité choyé et attendu. Toujours dans l’émulsion hybride entre calme, volupté et grande fresque synthétique sonore, ils balancent entre plusieurs styles qu’ils savent mixer avec emphase puis retenu. Composite avec la force des battements de beats et la douceur des voix et des synthés, vous êtes pris entre ces contradictions et c’est tant mieux car elles maintiennent l’opus en vie et en battement.

Ecoutez donc Foe en intégralité et testez votre appartenance ou non à leur mouvement sonore :

Et vous pouvez aussi télécharger quelques titres :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close