Close
Noiserv – Almost Visible Orchestra [A.V.O.]

Noiserv – Almost Visible Orchestra [A.V.O.]

Une voix et une manière d’acheminer les mélodies, d’enchevêtrer les harmonies avec une mélancolie folk et des effluves rock. Almost Visible Orchestra est un dix titres lancinant.

Des titres comme de petites phrases, état d’âme jeté aux vents, chéris des instruments comme This is maybe the place where trains are going to sleep at night. David Santos aka Noiserv est un artiste portugais à la douceur folk contemporaine, mixant pas moins de 16 instruments sur son Almost Visible Orchestra [A.V.O.] .

Mélodie douces de folk qui se déploient comme une boite à musique d’où la nostalgie s’y diffuse par vagues et bouffées tel Today Is the Same as yesterday, but yesteday is not today. Mélodie faussement aérienne, intemporelle, à la poésie délicate qui cueille les cœurs et amasse les pensées, en les traduisant en harmonies plurielles.

Là, une tristesse lancinante apparaît quelque fois à l’ombre des notes comme sur It’s easy to be a marathoner even if you are a carpenter tel un hiver dans le cœur. Alors, I’m not afraid of what I can’t do s’enfonce dans une folk pop avec des résurgences de souvenirs dans le chant et dans les notes, enfance en horizon avec un souffle adulte. Ici, candeur et réalité se mélangent, flirtent et fusionnent.

Comme des palpitations des contraires, 47 seconds are enough if you only have one thing to do est une petite invitation à la méditation s’achevant dans un passage étrange aux couleurs délavées hantées d’instruments.

Comme un Magritte, les mélodies ne semblent pas être ce qu’elles sont à première vue, se brisant sur des coteaux arides, fragiles comme sur I will try to stop thinking about a way to stop thinking qui enivre sans un répit.

Alors la mélancolie s’échappe des notes des guitares alliées du chant comme sur It’s useless to think about something bad without something good to compare, nuageuses pensées ombragées, tristesse hantant la mélodie ainsi dépouillée. Les émotions à foison étreignent à la manière de Don McLean.

Tels des châteaux de sables, les pistes sont chargées d’ombres avançant comme sur I was trying to sleep when everyone woke up. Respirations plurielles qui emportent comme sur la dernière, petite conclusion comme une esquisse Don’t say hi if you don’t have time for a nice goodbye est une fenêtre sur le champ des possibles, l’illusion du probable.

Avec Noiserv la douceur a un goût de résurgence.
Noiserv - Almost Visible Orchestra [A.V.O.]

Close