Close

On y etait : Soma @ La Maroquinerie

Jeudi soir, SOMA passait à la Maroquinerie. Après leur premier album Jewel and The Orchestra, SOMA est revenu avec un très bon second album, le fougueux Nobody’s Hotter Than God. Détendus, passionnés, les mecs de SOMA ont bossé dur avec leur tripes. Dans le studio de Carpentras, ils ont trimés avec Bertrant Montandon et Tony Hoffer (Phoenix, The Kooks). Onze titres qui oscillent entre rock nerveux et ballade pop qui en a sous le pied.

Alors, après les avoir rencontrés en ITW dans leur (notre) sud natal, on attendait donc avec impatience que les sudistes bouillonnants montent à la Capitale faire exploser La Maroquinerie. SOMA, c’est 4 lettres, 4 mecs  Lionel (voix, guitare), Sebastien (guitare), Xavier (basse), Tom (batterie). 4 passionnés, quatre azimutés qui vous font tout oublier quand ils sont sur scène.

Ce que l’on peut en dire c’est que l’on a pas été déçu. Décibels en bouquet, énergie et fougue, les riffs se sont enchainés, la batterie s’est déchainée, et la voix de Lionel a envoûté tout le monde. Soma sur scène, vaut tous les bonheurs du monde. Des teintes percutantes, de la douceur pop, un enchaînement judicieux de leurs titres ont mis à genoux La Maroquinerie.

Ici les enfants de la balle ont tous donné, généreux, pêchus, une avalanche de mélodies rock, un coup de poing dans la gueule, tellement ces 4 là sont des bêtes de scènes. Jeudi 22 novembre, c’était un Uppercut que j’ai reçu, tant ce concert était parfait.

Refrains addictifs, mélodies imparables, guitares jouissives, rythmique jubilatoire. Tout y était, faisant de Nobody’s Hotter Than God, un feu de Dieu. Habituellement peu enclin à la danse, je me suis surpris à remuer la tête et les pieds sur Rollercoaster.

J’ai chanté le refrain avec énergie sur The Brightest Side.

Je me suis enflammé comme la Maroq sur Nowhere Fast. J’ai sauté à pieds joints sur Get Down comme la foule qui est monté sur scène.

J’ai balancé mon t-shirt sur Henry VIII (enfin presque) et sa guitare furieusement incisive. Puis est venu Nobody’s Hotter Than God, que j’ai écouté langoureusement.

Sur The Backyard, j’ai presque touché le ciel avec mes bras levés, et je n’étais pas le seul puisque la salle entière a repris le refrain a cappella. Letter Unwrite m’a cueilli là, et emmener loin. Quant à 20 minutes, mon corps entier a remué au son de leurs notes ardentes. Puis, Several Days m’a filé un coup de pompe, guitare flashante et batterie furieuse, le tout avec la voix de Lionel résonante et lumineuse.

Les morceaux jouissifs se sont succédés, les mélodies piquantes étaient frénétiques, les voix, les guitares et la batterie scotchantes et le public exalté. Impossible de ne pas reprendre les refrains en chœur, tant leurs paroles restent dans la tête. Après 1H15 de concert, ils quittent la scène, rappelés par la clameur qui monte de la salle. Les 4 trublions retournent en piste. Une demande en mariage en direct sur scène aurait pu les couper dans leur élan, mais rien ne les arrête, ils reprennent de plus belle avec une reprise de Come on Eileen de dexy’s midnight runners qui met le feu et deux autres titres suivront.

Mais déjà, la fin arrive, sans qu’on y croit.

Alors, voilà. Merci les mecs. Pas parce que vous êtes d’Istres comme moi et que lors de ce concert vous avez rappelé votre fidélité au sud, à ce sud bigarré et éclectique, celui de Shuriken, avec cette phrase « certains naissent dans les choux d’autre dans la merde ». Un poète de chez nous, alors que Paris à Didier Morville (Joey Starr).

Mais tout simplement Merci les gars, pour cette jolie soirée que vous nous avez offerte et parce que moi qui suis un néophyte du rock, j’ai certainement pris une de mes plus belles claques musicales avec vous. Et à entendre les gens parler après le concert, je n’étais pas le seul. Le « Nord » vous va à merveille.

 

Leurs prochaines dates de live à ne pas rater :

30/11/2012 Bourgoin Jallieu (38) Les Abattoirs
07/12/2012 Guyancourt 78 La Batterie
08/12/2012 Héricourt 70 Catering Café Music
12/12/12 Nantes Le Ferrailleur
14/12/2012 Niort 79 Le Camji
15/12/2012 Les Pennes Mirabeau 13 Jas’Rod

soma-music

4 comments

  1. lolagicquel1 says:

    Merci pour ce résumé ! Vraiment super concert, un vrai choc musical, génial!

    1.  De rien pour le live report ! C’était vraiment un plaisir tant le concert était une vraie réussite 🙂

  2. Il y aussi une date à Nantes au Ferrailleur le 12 décembre que vous n’avez pas mentionné 🙂

    1.  La date a été ajoutée. Merci pour l’info 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close