Close
Peter & Kerry : La Trimouille

Peter & Kerry : La Trimouille

Peter & Kerry, c’est la jolie rencontre de deux artistes qui ont commencé une aventure commune, de manière spontanée. Leur premier résultat était un EP déjà prometteur, intitulé Clothes Friends, Photos.

Depuis quelques jours, leur premier album, la Trimouille, est arrivé. Le titre de cet EP est un hommage à une petite bourgade de Basse Marche, aux confins du Poitou, du Limousin et du Berry qui s’étend sur les rives de la Benaize, où ils ont posés les bases de cet album.

Peter Lyons et Kerry Leatham forment un duo éclectique, intriguant, à la mélodie innée et accrocheuse. Influences multiples mâchées, mais surtout un même amour pour les sons très années 80′ revus de manière très personnelle.

La Trimouille est un album qui fourmille d’idées et de musiques calmes et mélodieuses, un peu électro pop des années 80. Des touches rétro aux mélodies intenses, les deux individus sont singuliers, deux faces d’une même montagne, l’ubac et l’adret, deux expositions différentes qui se combinent pour faire un tout bien équilibré et vibrant à l’unisson.

Leur musique aux deux avers est un petit bijou de curiosité et de sonorités bouillonnantes. Faux calmes, les deux ont une lueur de folie et des sons tintillants. Dynamique toute mélancolique sur certaines pistes, les harmonies multi-couches sont des petits bonheurs où il fait bon voguer.

Faisant leur la citation de Mallarmé : « Toute âme est une mélodie qu’il s’agit de renouer », ils lient leur âme en une seule voix lumineuse.

Leurs onze titres sont un dialogue créatif, équilibré entre Peter et Kerry. Leurs voix, un navire éclectique pour voguer aux larges des terres conventionnelles. Au gré des chansons, il y a des guitares en écho, des gazouillis électroniques en fond et des tambours électriques au vent.

L’opus débute en légèreté enjouée avec I Don’t Know où la voix de Kerry, mi-grave, mi-légère, est une belle introduction à leur monde insouciant et espiègle. Elle monte en intensité, avec nonchalance, rejointe bientôt par Peter, les claviers et les guitares électriques. Echos résonnant, rythmes suivant et entraînant les voix, fusion de tout.

Split For The City, très années 80, donne toute son importance à l’union des synthés avec Peter pour une parenthèse toute rétro, légère comme une plume. Au milieu, Kerry amène « un je ne sais quoi » à la Cindy Lauper…

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/52597612″ params= »auto_play=false&show_artwork=true&color=ff7700″ width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

Broken suit, chanson à deux voix se chevauchant pour n’en former plus qu’une. La piste a des textures électro et des claviers multicolores. La mélopée intimiste se change alors en dialogue à voix haute, avec des tintements sonores lunatiques.

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/52597613″ params= »show_comments=false&auto_play=false&color=ff7700″ width= »100% » height= »81″ iframe= »false » /]

 

Cirque change d’univers. Les deux voix dominent des synthés illuminés. Cliquetis claquant et scintillant remplissent les ondes et donnant à la piste un son industriel néanmoins bucolique. Une belle petite mélodie qui finit en une seule entité harmonieuse.

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/52597614″ params= »auto_play=false&show_artwork=true&color=ff7700″ width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

 

Si Fucking around est une piste aux discordances tout en échos où Peter se démarque soutenue par Kerry, un verset psychédélique un peu afro-pop, Annie est un dialogue léger aux sons multiples, un flirt en pop dream, aux rythmes imposés par les claviers.

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/52597616″ params= »show_comments=false&auto_play=false&color=ff7700″ width= »100% » height= »81″ iframe= »false » /]

 

Quant à Connecticut et Montmorillon, ce sont des ballades calmes et voluptueuses, où l’on sent une mélancolie à fleur de peau poindre.

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/52597617″ params= »auto_play=false&show_artwork=true&color=ff7700″ width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/52597618″ params= »show_comments=false&auto_play=false&color=ff7700″ width= »100% » height= »81″ iframe= »false » /]

 

Enfin, Fifty In The $lot$ et Wheels Start Turning exploitent le contraste des claviers délicats et des tambours en fanfare, la voix de Kerry y amenant une profondeur souterraine agréable. Une pop fraîche tout en crépitements, rétro et entêtante, un peu à la AlunaGeorge, pétillante grâce aux voix.

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/52597619″ params= »auto_play=false&show_artwork=true&color=ff7700″ width= »100% » height= »166″ iframe= »true » /]

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/52597620″ params= »show_comments=false&auto_play=false&color=ff7700″ width= »100% » height= »81″ iframe= »false » /]

 

En somme, un bien bon premier opus. La Trimouille, c’est l’insouciance entre les doigts, la mélancolie aux creux des mains de Kerry et de son timbre cassé et entre les lignes d’un Peter plus chaotique, réminiscences des 80′ au firmament.

Allez une reprise pour la route :

Et si par hasard, vous voulez écouter leur premier EP : Clothes, Friends, Photos, le voici :

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/playlists/742131″ params= »show_comments=false&auto_play=false&show_playcount=true&show_artwork=true&color=ff7700″ width= »100% » height= »225″ iframe= »false » /]

Close