Close

On Say – Another West

On Say est un trio mélancolique aux mélodies qui tapissent les espoirs et soufflent une douceur tout en échos. Leur premier album Another West traverse des forêts de notes, bordées d’échos et de résonances, hantées d’une voix douce qui illumine leur ténébreuses harmonies qui alors possèdent quelque chose d’aérien.

Montague Speedweather (claviers, pianos, orgue), William Carthief (basse, chant) et Christopher Bias (chant) ont la douceur contagieuse, enfumant leurs harmonies de percussions et de claviers qui réveillent les énergies plurielles comme sur I Want To Live In Your Pool Shed.

Atmosphère tendue, entêtante qui partage une certaine grâce et une subtilité des harmonies habitées des chants de William Carthief et de Christopher Bias. La fusion de leurs identités est une caresse suave, éclairée de mélodrames en notes comme sur What You Wanted To Hear où la délicatesse se fait révolte douce.

Leur horizon semble regarder vers des points cardinaux imaginaires comme sur East, menant à des cadences lentes, rehaussées de notes sereines et magnétiques. On Say rêve et promet des partages de leurs harmonies flottantes qui chassent la réalité.

N’oubliant jamais un rythme qui hante leurs mélodies, laissant l’esprit vagabonder, leur quiétude élimine les mauvais songes, les remplaçant par une ligne de flottaison qui donne une apesanteur à leurs pistes.

Ténébreusement doux comme sur Stars become Ghosts, leurs ombres sont délicatement floues, créant des zones d’obscurité formée par l’interception de la lumière des notes alliées à celle du chant. Esquissant alors une galaxie de mélodies tendres, le combat, ici, semble se faire en pas de danse cosmique comme sur le magnifique Another resplendissant d’une ligne de vue infinie où la voix crée le chemin encadré de précipices ombrés.

Déclinant la pensée de Lacan « A une petite chose, l’inquiétude donne une grande ombre.« , ils font valser les tourments avec Rust, conspirant contre les ténèbres à l’aide de leurs notes émotives et sensuelles. Leur souffle poétique à la cadence délicate est porté par des touches de claviers distillés telle une voie lactée organique, touchant les étoiles de leur mélodies agiles.

Des résonances irisées et des respirations en suspens, de leurs voix, ils appellent à une méditation souple où poésie et harmonies fusionnent en une même entité hybride. Trio de lo-fi envoûtant, On Say est un récit enchanteur qui mélange la mystique à une réalité opaline. Eux ont la grandeur discrète et le souffle ardent comme sur Murky Light ou Earth.

Alors à ces murmures entêtants, à ces notes tristes illuminées de la beauté des chants, il est facile de succomber à On Say, l’imagination en vagues douces, des harmonies miroirs aux reflets doubles entêtants.

Close