Close

Ta-Ku : DoWhatYouLove

Ta-Ku, un nom qui résonne en volupté électro et en beats lumineux et suaves. Ta-ku, ce beatmaker producteur de talent, originaire d’Australie, terre des rythmes éclectiques et cadencés, livre DoWhatYouLove sur le label Jakarta Records. DoWhatYouLove, c’est une collection de beats à la construction habile, des sonorités sensuelles et profondément addictives.

Passé maître dans l’art des mélodies à la soul élégante couverte d’une signature hip hop, il offre comme à chaque création, toutes les combinaisons d’harmonies possibles et inimaginables. Il propose de nombreuses voies alliant émotions, cadences infernales et synthés voluptueux aux beats alambiqués, à la magie instinctive.

Fondateur de Sunday Records, producteur sur ce même label comme sur Mushroom Music, Paper Chain et Jakarta Records, il anime de ses mélodies les méandres de l’électro soul avec passion.

Aimant les collaborations, les enchaînant presque en cadences infernales, ces uppercuts collaboratifs, ces joutes trublionnes installent avec délectation ses beats mousseux aux quatre coins du monde. Relevant à chaque fois des défis, révélant des artistes talentueux comme Chet Faker, JMSN, Flume pour ne citer qu’eux, il a la construction mélodique hypodermique et infinie.

De la production de beats hip hop dont il aime cadencé ses productions à l’arène électro, il franchit les étapes avec brio, sa route étant pavée de rythmes et d’expériences singulières. Chérissant le renouvellement sans oublier de s’amuser, il saute d’univers en univers avec toujours le même aplomb et la même énergie.

Avec DoWhatYouLove, titre qui lui sied à merveille, Ta-Ku dévoile 18 pistes qui sont des crépitements de rythmes, des tempos léchés, peuplés de générosité et de douceur. Souvent, des voix se posent là, ramenant un peu Ta-Ku vers les limbes terrestres sur des vocales répétitifs qui emportent tout sur leur passage comme sur Static. Lui navigue entre soul et électro, le vintage au poing comme sur Color Her Sunshine, Someone Else, See Me Through ou Red Alert qui pourraient hanter les films de Tarantino.

Le Hip Hop n’est jamais absent de cet opus comme sur Blow Up, June 30th, et l’excellent Boom, malheureusement trop court. Quant au funk, il est présent en notes feutrées s’y conjuguant avec une soul ambrée comme sur Supposed To Do, Make You Wanna, Keys Go Harder, Met You There ou Steady Goes.

Ta-ku, le majestueux, prend ici son envol, sa tribu est irisée, ses sons orgasmiques. Lui le discret, le faiseur de pulsations et de groove séduisant, préfère le studio au dancefloor, la recherche et la construction plutôt que faire le show.

De ces activités multiples marquées par ses dédicaces à d’autres artistes, il trouve du temps pour ceux qu’il aime, faisant de cet philosophie un équilibre, une mélodie infinie. La musique, son anti-stress comme il la nomme, devient par la même occasion le nôtre.

De virages en tourbillons soniques, de brises en tempos tempétueux, Ta-Ku semble dire au travers de sa musique, ces mots de Novalis « Lorsque je donne à l’ordinaire un sens élevé, au commun un aspect mystérieux, au connu la dignité de l’inconnu, au fini l’apparence de l’infini, alors je les romantise ».

TaKu-DoWhatYouLove

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close