Close

The Head And The Heart – Let’s Be Still

The Head And The Heart est un sextette originaire de Seattle. Composé de Jonathan Russell (chant, guitare, percussions) de Josiah Johnson (guitare, chant, percussions, claviers) de Charity Rose Thielen (violon, percussions, chant), de Kenny Hensley (Piano), de Tyler Williams (batterie, percussions) et de Chris Zasch (basse), The Head And The Heart s’apprête à sortir Let’s Be Still, leur second opus chez [PIAS]/ Kobalt.

A la croisée des chemins boueux de country, des sentiers de pop bucolique et des allées mélancoliques de folk, ils invitent à prendre le maquis face au temps qui court et qui ne laisse aucun répit. Eux proposent l’alliance de la douceur folk et d’une entêtante poésie aux harmonies plurielles.

Mélodies délicates emplies de pulsations douces, de va-et-vient sombres, de chœurs chauds, leurs harmonies colorent et happent en une parenthèse intemporelle. Sous l’azur d’un ciel orageux, voguent les souvenirs, tapissant le présent de mélodies, de récits de vie éparpillés en notes, transmis en sentiments.

Ici, les guitares en farandoles ne masquent pas la tristesse tendue en bandoulière par les violons chatoyant. Les rythmes ont un goût mélancolique, une teinte sépia, le temps qui passe y laissant des marques et des chagrins tapis dans les harmonies. 13 titres donc, qui nagent à contre-courant de la vie, battant la chamade sur certains, trainant les pieds sur d’autres, face aux coups du sort.

Mélodies intemporelles à la grâce empreinte d’un tempo entêtant et d’un refrain fouettant le visage comme les bourrasques de l’existence tel Homecoming Heroes. Alors, les harmonies vocales vous fauchent sans crier gare. Au souffle des guitares, le cœur est accroché. A la voix éraillée qui emporte de manière intimiste illuminée par les percussions soutenues par la ronde des guitares, l’esprit s’agrippe.

Contes de la vie, récits au pluriel illuminés par cette voix éraillée, qui lutte contre un spleen rampant, accentué par les violons tristes. Quand Charity Rose chante sur Summertime, elle amène un tempo lancinant réveillé par les guitares tentant de briser cette mélancolie épineuse.

Chaque pas reflète leurs états d’âme, leur pluralité des sens. Puis l’accélération surgit et se glisse au détour de Shake. Choquent les guitares et claquent les percussions entremêlées de refrains à la douceur nonchalante. Sous les valses du temps, les valses de l’oubli, le souvenir entraînant.

Passent les pistes, se succèdent les émotions. Du monde vaniteux, The Head And The Heart berce de violons les plaies du monde comme sur 10.000 Weight In Gold ou These Days Are Numbered. Dans un murmure, Gone termine l’album.

Comme le disait Nietzsche, « Il faut avoir un chaos en soi-même pour accoucher d’une étoile qui danse », The Head And The Heart danse par-dessus toutes choses.

Tracklist :
1. Homecoming Heroes
2. Another Story
3. Springtime
4. Summertime
5. Josh McBride
6. Shake
7. Cruel
8. Let’s Be Still
9. My Friends
10. 10,000 Weight in Gold
11. Fire/Fear
12. These Days are Numbered
13. Gone

TheHeadAndTheHeart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close