Close
Transe électro soul : Postaal prend le large avec son premier album

Transe électro soul : Postaal prend le large avec son premier album

Des notes aux échos RnB et aux assonances électro qui se croisent, s’entremêlent et fusionnent, voici Postaal qui livre son premier album éponyme de 13 titres.

Débutant la danse, le beau Talking My Freedom résonne d’un groove chaud, invitant à un rythme suave qui se poursuit avec l’enivrant Burning, aux accords lancinants, mélange d’une mélancolie douce et d’une puissance larvée, contenues dans les refrains soul qui attrapent.
Dynamique suave aux à-coups syncopés, délicieuses torsades ponctuées d’uppercuts groovy, mouvements aux accords mordus de clair-obscur, Postaal offre des émotions en rafales, démultipliant les textures stellaires qui dansent avec un spleen aux éclats d’espoir comme sur Darkness.

Crépitations, crépitements et échos électro battant les corps avec une douceur chaloupée de fébrilité comme sur Every Troubled Mind ou l’aérien Wasted, ce duo franco-anglais que l’on suit depuis longtemps, brode des rythmes doucement astraux, multipliant les caresses de velours tel All Change et les soubresauts sombres auréolés de notes funky comme City Lies.

Lorsque Postaal va chercher les sentiments en des notes plus ténébreuses et tempétueuses qui leur vont si bien, ils réveillent les sens de leurs notes ardentes à souhait comme sur All About You, aux tensions caressantes et fiévreuses.
De ce premier opus, à la verve sombre et aux envolées percutées d’échos arachnéens, Postaal oscille entre différentes trajectoires et chemin de traverses, offrant à la fois une fragilité piquante et une force caressante fait de lancinantes notes tel I Need. Enfants du siècle qui cassent les étiquettes, eux signent des titres qui surprennent et emportent comme ces enfants du siècle justement qui frôle une pop à la rébellion électro belle.

Postaal-1er album

Close