Close
We Love Green 2015 : Vibrations plurielles à Bagatelle

We Love Green 2015 : Vibrations plurielles à Bagatelle

Si vous ne connaissez pas encore le We Love Green, c’est un festival qui prend ses quartiers dans les jardins de Bagatelle pour deux jours consécutifs, les 30 et 31 mai, proposant une parenthèse musicale placée sous le signe de l’éco-responsable.

Cette année encore, la foule est venue nombreuse, se glisser sur les pelouses chaloupées de Bagatelle, une bière Heineken à la main, cherchant le soleil et les harmonies d’artistes pluriels présents. Ici, au détour des couronnes de fleurs qui ornent les têtes des spectateurs, se croisent des artistes de tout bord, comme Siriusmodelselektor, Sophie, Ghost Culture ou Teki Latex.

Sur les deux scènes qui rythment l’espace, l’une principale est consacrée aux lives, tandis qu’une autre plus petite repoussée dans un coin est dédiée aux vibrations plus électro. Sur les deux, les sets s’enchainent avec entrain, appelant les individus à prendre leur shoot hebdomadaire d’harmonies entêtantes.

Attirant une foule indéniable et bigarrée, le festival victime de son succès, multiplie les files d’attentes pour à peu près tout, même si par rapport à l’année dernière, l’amélioration est dans l’air. Sur ces pelouses tendres, alors, comme le samedi, la pérégrination est douce, consistant à choisir son programme entre les deux scènes existantes, qui laissent le choix, selon ses goûts.

Pérégrination fleurie

Mixer ses envies est donc facile à We Love Green, car les musiques ont des notes différentes, électro pour les uns, rock ou pop pour les autres. Si samedi, le premier jour a vu le soleil au rendez-vous, domptant les coeurs en proposant Schlomo et son grain de folie ou Hanni EL Khatib en prince souverain d’un groove saturé de rock tendre, il y en eut pour tout les goûts. Django, Django a survolté le public devant la grande scène, enchainant les rythmes déjantés et les choeurs enivrants tandis que Christine a bercé de hits la foule déjà conquise, en un bal parfaitement orchestré.

De Feux et de Pluie

Mais il faut bien reconnaitre que c’est dimanche, le second jour qui a tiré son épingle du jeu. En premier, Läpsley a fait fondre les coeurs de sa voix puissante, brassant des harmonies douces et des sentiments à leur firmament. Sur la grande scène, elle a brillé de mille feux, enchainant, pour son premier live en France, des notes poétiques à la beauté tendre. Alors sa soul électro minimaliste a offert une kyrielle de respirations intimistes au swing pop lunaire.

We Love Green 2015 : Vibrations plurielles à Bagatelle

Puis José González a fait le reste, égal à lui même, prolongeant la douceur en notes infinies, de son folk flirtant avec une alt-pop magnanime. Multipliant les souffles lents et les respirations plus énergiques avec Let It Carry You ou Down The Line et terminant par la reprise belle des Knife, Heartbeats.

Alors, lorsque les gouttes de pluies ont cessés, Joey Bada$$ a littéralement mis le feu au We Love Green. Acharné, accompagné d’un autre emcee Dreymond Lewis et du très connu Dj Statik Selektah, son hip hop a enflammé le public du We Love Green, balançant des versets acides au groove colérique. Sans un répit, il a dompté le public, de ses explosions au flow furieux, montant sur les éléments métalliques du coté droit de la scène, offrant une récréation rageuse d’explosifs rythmes qui laissent le public réchauffé et conquis.

Le dernier a avoir succédé à l’orage c’est Ratatat qui dès Pricks Of Brightness entame la conquête des coeurs. Duo électro new yorkais éclectique, eux balancent des harmonies électro rock qui font oublier la pluie. Les mélanges de leurs anciennes pistes tel Wildcat, Mirando se mêlent aux nouvelles comme Cream On Chrome.

Au final, We Love Green tient ses promesses, comme à chaque fois, mêlant engagements écologiques à des respirations musicales servant la cause. On aimerait voir un engagement plus grand dans les choix d’artistes, notamment en faisant la part plus belle aux artistes émergents comme ce fut plus le cas, les années précédentes.

A l’année prochaine donc, sur ce coin de pelouse aux doux airs de paradis.

We Love Green 2015 : Vibrations plurielles à Bagatelle

Close