Close
Worshyper – Keeps

Worshyper – Keeps

Une douceur caressante avec une soif d’harmonies aériennes déformées par des battements créatifs, hantées de chants envoûtants et de samples ludiques formant des boucles d’harmonies irisées de vapeurs douces, voici Worshyper qui débarque avec son premier album Keeps chez AmDiscs.

En quelques titres et pas un de plus, ils livrent des mélodies organiques où les perditions sont rendues jouissives par leurs accords entrecroisant indie pop, R&B et effluves électro.

Partout alors sur cet opus, une même délicatesse s’étale, pas celle qui pourrait sembler lisse mais bien celle entrelacée de notes imprévues, auréolée d’une bienveillance mélodique qui a tout pour faire succomber.

Dreamt dévoile le début d’une ballade promise, perdue entre échos nuageux et résonances multiples, d’où s’échappe un brouillard subtil illuminant de touches pop la souplesse des mélodies, l’apesanteur en partage, celle qui consume.

Trio atypique au tempo lancinant, Matthew, Kevin et Marie ont une poésie contagieuse qu’ils distillent dans leurs harmonies comme sur Calm & Haunt, des mirages et des vagues autres qui ruissellent telle une bruine douce, capturant les auditeurs comme des passagers d’un récit nuageux.

Quelquefois les harmonies sont doublées d’ombres insaisissables qui ricochent comme des envolées douces aux reflets argentiques. Les mouvements incessants forment alors l’essentiel des cadences douces qui se mélangent pour donner un paysage indéfini, hanté de notes dessinant un horizon flottant.

Trois voix en cercle, des jeux de chant et des labyrinthes de rythmes plus loin, les mélodies ainsi formées sont cotonneuses comme sur Knot. Espiègles et rêveuses, les notes amplement ondoient comme sur Twenties accélérant les souffles des harmonies et traçant par là-même une ligne tortueuse dans les monts et merveilles de Worshyper.

Worshyper - Keeps (EP)

Close