Close

Alba Lua : Inner Seasons

Alba Lua, quatuor de pop délicate et de saveurs douces, livre son premier album Inner Seasons chez Roy Music/Universal, après leur premier EP de 2010.

Curieuse beauté envoûtante que ce premier album de 10 titres oscillant entre l’aube et la lune, l’âge adulte crépusculaire et le lumineux enfantin. Riffs bagarreurs et délicates ballades, leurs mélodies sont une veine gorgée d’absinthe, un étrange parcours à la folle embardée dans des paysages sonores aussi variées que bons : pop onirique et rock penchant pour les fifties, libération rock garage, ou folk psychédélique.

Chez eux, les harmonies sont des instantanés au flou délicat, à la pop nuageuse et au rock sombre, des images sonores aux références culturelles multiples. Patchwork de 4 individus hors cadre, ici, un vent de liberté et de rêveries enfantines soufflent sur ces pistes, semblant résumés par la phrase de Jean-Luc Godard: «L’important n’est pas d’où vous prenez les choses, mais où vous les emmenez».

Alors de ce 10 titres à l’allure chavirante, résonnent des moments différents, lumineux et chauds sur Alegria et résolument plus froids comme Barberism, des soirs qui se réchauffent comme Permanent Vacation et des aubes furieuses.

Alba Lua est un croisement mutant des derniers rayons du soleil de septembre et des premiers nuages qui indiquent le changement de saisons, en filigrane, comme pour mieux souligner une rupture, et mettre en évidence une fêlure en refrains comme sur Hermanos De La Lluvia.

Onirisme sautillant, psychédélique et cinématographique, ces passagers du vent, ont la pop contagieuse, torpeur d’un été bien présent, crépuscules suaves d’une nuit de printemps accoudés au zinc d’un café comme My Sleeping Season. La voix de Clem éthérée est une invitation à la désinvolture, à la route et aux pic-niques de fin du monde comme sur Clandestines.

Ligne de basses à volo, batterie en suspens, Clément (guitare, chant), Pascal (guitare), Thomas (basse) et Benoit (batterie) vous proposent une traversée épique de contrées douces, une marelle pastel de nostalgie et d’espoirs diffus, avec comme référence la poésie de Nerval ou Melleville dans les chaussures et la musique de films de Jarmush et Lynch, en orbite interstellaire.

Alba Lua, avec ce premier album, impose ses propres saisons, peint ses propres toiles à la Matta, définissant le jour, requalifiant la nuit. Leur poésie douce et souple est une promesse d’aube belle, un clair de lune envoûtant, entre ciel et terre, entre fa et dièse, avec générosité et singularité.
Ils seront le 17 juin au Point Ephémère.

Tracklist :

1- Hermanos De La Lluvia
2- Permanent Vacation
3- Nobody’s Child
4- When I’m Roading Free
5- My Roots Were just Fading
6- Clandestines
7- Alegria
8- Barbarism
9- She’s Got A Crush On You
10- My Sleeping Season

Alba Lua : Inner Seasons

Close