Close

Ardents Otzeki @ Badaboum [Live Report ]

Posant des questions en forme d’uppercuts frappés de percussions cristallines et de pulsations aux échos punk, Otzeki, là où ils passent en live, claquent les coeurs, comme ce fut encore le cas au Badaboum, jeudi 19 avril.

Furieusement d’un revers d’Already Dead, eux réveillent les âmes, de leurs harmonies furibondes, aux échos engagés, au souffle couleur de braise, mêlant une délicatesse exquise à une forme de rage battue de souffles éthérés et rauques.

Avec une générosité survoltée et un groove écorché de bleus à l’âme et d’espoirs crus, le chant d’Otzeki porte les doutes et les rages d’une société moderne qui s’interroge sur l’avenir et le passé, où l’action passe par des harmonies gorgées d’incandescence et d’une mélancolie agitée, à l’image de True Love.

Souffle poétique à l’image de Foreign Love qui bouscule, enragé avec Pay The Tax, eux métamorphosent les sentiments en des notes gorgées d’un rythme ardent défendu avec rage sur la scène du Badaboum. Agitateurs harmoniques qui sèment le trouble, provoquant des émotions en rafale, eux ne font aucun compromis, balançant de leur force puissante, un groove trublion à la beauté certaine.

Révoltés, tendres, somptueusement talentueux, Otzeki possède les étincelles faites de mélanges beaux qui touchent les coeurs directement, ricochant sur les plaies et répondant aux urgences d’émotions, tout en notes tempétueuses. De cette joute harmonique où Mike Sharp se laisse porter par la foule, avant de la traverser, y délivrant une ivresse rare, le Badaboum était comme renversé par ce torrent de swing fougueux comme sur Falling Out.

Dans un monde parfois trop lisse ou consensuel, eux choisissent une autre voie, celle fougueuse qu’ils décochent d’un coup de pied dans la fourmilière, réveillant les ardeurs de chacun de leurs notes impétueuses, de leurs rythmes sauvages aux accords félins, à l’image de leur dernier album Binary Childhood.

Après ce concert hypnotique, une question se pose alors avec acuité : Et si c’était ça Otzeki, un présent que nous ne savions pas encore nommer, mais pour lequel eux trouvent les mots, sous forme de notes enflammées et incendiaires ?

Close