Close
Editors – No Harm

Editors – No Harm

Les cinq britanniques du groupe Editors reviennent en force avec un coup de pub intéressant et un morceau perturbant : No Harm.

Les 13 et 15 avril derniers, le groupe de cold-wave annoncent un morceau inédit caché dans la compilation de leur label Play It Again Sam (Agnel Obel, Pixies) avec une seule indication : « Si vous le trouvez, partagez-le ».

C’est Erik Drost qui trouvera finalement ce petit bijou, un simple fan que l’on remercie, sans qui nous n’aurions pas pu écouter de si tôt ce nouveau morceau.

Du post-punk terrifiant de plaisir.

Des claviers froids, des pads gras, une voix grave et caverneuse… Aux premiers sons, rien de très neuf apparaît, il s’agit encore et toujours des même sons propres à ce style dark 80’s, des même échos au mythique groupe Joy Division. Pourtant, on est loin de Papillon, leur tube du début des années 2000.

Au fur et à mesure que les secondes défilent, la mélodie nous emporte, la musicalité nous met en transe et les aigus vocaux nous impressionnent.

Le style musical impose de fait une distance, un froid, une ambiance qui pour de nombreux mélomanes pose problème, dérange mais ici, cette distance fascine.

Et si la première partie de ce titre consiste en un leitmotiv relativement plat et tout aussi intriguant, cela change lorsque le morceau « part ». Quand la mélodie prend de la force, de l’intensité, l’auditeur est déjà embarqué depuis plusieurs minutes.

La fin ne laisse qu’un goût amer : celui de l’envie de continuer, comme une drogue bien trop dure, donc bien trop douce. Editors signe là cinq minutes de pur bonheur mystique. À ne pas mettre entre toutes les oreilles, au risque de vous faire envouter.

Editors - No Harm

Close