Close

Festival A Nous Paris Fireworks 2015 – Etincelles harmoniques plurielles

Du 14 au 25 février 2015, à Paris, s’est tenue la troisième édition du Festival A Nous Paris Fireworks 2015, associant Super! et A nous paris, pour un festival faisant une large place à des artistes nouveaux et talentueux.

Avec un line up audacieux et avant gardiste, le Fireworks a illuminé la capitale dans les différentes salles choisies pour l’occasion, comme le Badaboum, la Maroquinerie, le Trianon, le Trabendo, Le Point Ephémère, la Gaîté Lyrique ou le Pop Up du label se clôturant à l’Olympia.

Avec la collaboration de Green Room Session, ce sont pas moins de douze soirées qui ont enthousiasmés le public, clashant les coeurs avec des harmonies tempétueuses, de pop, de rock ou d’électro.

Entre ces soirées aux pulsations éeclectiques, certains artistes ont tirés leur épingle du jeu, apportant des étincelles par leurs mélodies, se révélant comme ce que l’on soupçonnait des artistes crées pour le live.

Le Top Hypnotique du Fireworks 2015

Sylvan Esso – Duo magnétique, harmonies mutines.

Attendu au Fireworks, Sylvan Esso, duo originaire de Caroline du Sud a fait danser et chavirer le Trabendo. Sous des notes mutantes et fiévreuses, Amelia Meath et Nick Sanborn ont enivré les corps de leurs harmonies endiablées, entrecroisant de la pop douce, à des rythmes hipHop et des éclats d’électro ardents.

Ici, les brassages sont multiples et les cadences intenses, sous le chant magnétique d’Amélia accompagnant ses harmonies de danses en gestuel sensuels.

Pendant plus d’une heure, écumant leur premier album hypnotisant, émoussant le public de leurs rythmes endiablés et corsés, Sylvan Esso illumine de saveurs contraires et de mélanges addictifs ses mélodies espiègles.

Douceurs glissant sur des rebonds rythmiques, gorgés de changements de rythmes et de choeurs ardents, ont dévoilé un duo sachant enchanter et capter toute l’attention du public. A la fin, reste l’envie de danser et de suivre les notes aux ricochets jubilatoires de ces deux troubadours électriques.

Phoria – Transe subtile.

Phoria dévoile sur scène des harmonies tendres, tamisées de nuageuses cadences, hantées d’un chant doux. Sur scène, eux tissent des mélodies au souffle électrique où les rythmes fusionnent avec le chant. De textures volatiles en immersion poétique, Phoria déstabilise de leurs rythmes subtiles aux vibrations infinies.

Tendres murmures d’asphalte à la légèreté sombre, leur mélancolie est gorgée de toute une gamme de sentiments fiévreux qui laissent transi, en attendant impatiemment leur retour pour un second live en terres françaises.

Marika Hackman – Folk intimiste

De son premier concert en France, au Badaboum, Marika a envahi l’espace et la scène de ses harmonies douces à la lueur poétique entêtante. Avec sa guitare sèche ou même sans, la jeune anglo-finlandaise gravit des sommets épiques, traçant des harmonies qui distillent des invitations aux introspections de sentiments et aux grands espaces sombres tissant un récit avec Open Wide, Bath is Black ou Ophelia.

L’électrique glisse et amarre les coeurs à son chant sur Animal Fera, alors Wolf et Cinnamon rajouteront des gouttes psychédéliques à un océans de sentiments complexes et exquis.

Ry X – Murmures poétiques et atmosphériques

A la Gaîté Lyrique, Ry X a offert des boucles d’une pop à l’orée des émotions, brodées de sentiments tendrement furieux. Un souffle magnétique happant sous des vagues aux respirations intimistes. Avec Ry X, il faut tendre l’oreille, rester attentif aux crépitements et aux pulsations sereines à la beauté poétique douce.

Sans l’ombre d’un doute, il y a des saveurs contradictoires et pétillantes qui illuminent en des boucles infinies les murmures des coeurs, faisant doucement succomber les coeurs.

Isaac Delusion ou la douceur envoûtante pop folk

Isaac Delusion est un groupe irisé, créateur d’harmonies qui content des récits moirés aux mélodies ravageuses. Au Fireworks comme au Silencio, Isaac Delusion fait danser les corps sur des rythmiques magnétiques. Doucement, tendrement, ils enlacent les coeurs d’harmonies aux teintes plurielles qui égaient les âmes.

Isaac Delusion offre des murmures oniriques au souffle ardent qui bousculent les corps de leurs rythmiques constellaires. De titres au groove addictif comme Midnight sun, Purple Sky, à ceux plus récents tels Sleep Walking ou She Pretends, Isaac Delusion est un trésor harmonique qui berce les coeurs en des horizons infinis, aux pulsations intenses comme sur Pandora’s Box.

Burning Peacocks – Dream Pop aux consonances Folk intrépides.

Un romantisme suave qui offre des bouquets de psychédélisme entre des synthés rêveurs et des guitares souples, Burning Peacocks a de quoi laisser rêveur.

Sous un chant ravageur, les cadences d’Alma Jodorowsky et David Baudartnous emportent dans des récits au charme inédit et à la brume suave addictive.

Et aussi…

Jessie Ware – Pop soul douce

Une voix qui claque d’une aura envoûtante, sur une prestation belle. Guitare, basse, batterie et claviers accompagnent la désormais célèbre Jessie Ware qui a proposé une prestation tendre pour la Saint Valentin. Sans surprise, tel un beau fleuve tranquille, Jessi Ware a fait une prestation remarquée, emplie d’émotions avec des titres comme Running, Champagne kisses, Pieces ou Wildest moments.

Une nouveauté pourtant a fait son apparition, le beau Meet Me In The Middle qui a su ravir le public déjà conquis. Classique mais intense, le Trianon malgré l’absence de rappel a vibré à l‘unisson.

En résumé

Le Fireworks a su trouver un public, renforcer sa puissance, celle de mettre en valeur des groupes nouveaux au talent indélébile et de les mêler à des artistes déjà reconnus. Mixité des genres, fougues artistiques et belle ambiance ont fait de ce festival une vraie réussite. A tel point, que l’on attend impatiemment l’année prochaine… fébrilement même.

festival A nous Paris fireworks 2015

Close