Close
La PreskITW – AuDen

La PreskITW – AuDen

AuDen, de son vrai nom Adrien Dauce, est un auteur compositeur interprète qui sort aujourd’hui son premier EP, chez Polydor.

Réalisé par Olivier Coursier et mixé par Andreas Ahlenius, ce premier opus est une folk ciselée sur fond d’effluves pop emplies de bourrasques poétiques et d’harmonies douces. Construction soufflante faite de mots et de notes à l’envolée, âme chapardée par l’intimiste ardent, ces mélodies douces soulèvent des montagnes, abattent les cloisons.

L’essence même d’AuDen, ce sont quatre tourbillonnantes chansons qui sont autant d’invitation à l’évasion intemporelle, au voyage des sens dans des récits et des songes célestes. Ici, l’amour est aquatique comme sur Les amours Mortes ou sous forme de relations troubles sur Pour mieux s’unir. Structurés en de belles métaphores comme Azur Ether, ses jeux de mots sont des Rêves à l’horizon infini.

Prev2 of 3Next
Use your ← → (arrow) keys to browse

Ta pochette justement est très évocatrice et très abstraite à la fois ?
Quand je te parle d’espaces, la pochette reflète exactement cela. C’est très céleste, tout est dans l’infiniment grand et il n’y a pas de frontières.

J’aime bien me nourrir des histoires des autres, mais dans chaque chanson de l’album, c’est moi. Cet album, c’est un peu mon miroir.

Comment s’est passée la composition de cet EP et celle de ton album que tu es en train de faire?
L’album je l’ai quasiment fini. L’album et l’EP sont le même bagage. Cela s’est fait sur plusieurs années depuis 5 ans. Je n’avais pas dans l’objectif immédiat de faire un album ou un EP, mais c’est juste l’aboutissement de toutes ces années d’écriture. Comme Pour Mieux S’Unir a par exemple été écrites dans mes dix premières chansons.

Cet album comme l’EP ont été construit aussi de mes rencontres avec plein de musiciens. C’est également le résultat des différentes formations que j’ai pu avoir sur scène comme en 2010 où j’avais une formation très acoustique avec une contrebasse, pour ensuite passer en solo et revenir à quelque chose de plus électronique. Ce sont toutes ses rencontres avec ces gens, mais également Rennes qui m’a forgé et façonné cet EP.

L’Ep et l’album vont dans la même direction ?
Dans la même continuité. C’est la même route.

Il y a de nombreux titres sur l’amour. Tes titres sont autobiographiques ou tu t’inspires d’expériences ?
L’amour, c’est le thème dans une écriture, on y passe tous avec différentes façons de l’aborder. Il y a d’autres thèmes, des visions personnelles. Forcément, je m’inspires de tout. J’écoute beaucoup les gens, je suis une éponge quelquefois. J’aime me faire tout petit et écouter plein de choses. J’aime bien me nourrir des histoires des autres, mais dans chaque chanson de l’album, c’est moi. Cet album, c’est un peu mon miroir.

Ce n’est pas un peu difficile de se dévoiler?
Non ce n’est pas difficile, c’est ce que moi j’aime faire. Je ne me pose même pas cette question. (il sourit)

Tu sembles être instinctif dans ton approche de la musique. Pour toi, la musique, est-ce une sorte d’alchimie entre des compositions taillées à l’orfèvre et une spontanéité ?
Les choses spontanées sont tellement rares que je garde tout. Je suis très minutieux. J’aime prendre soin de chaque détail qui compose une chanson, mais j’essaye de garder ce côté spontanée, car je pense que quand il y a trop de calcul, c’est dangereux pour l’artiste et sa musique. Dans le sens ou c’est le plaisir qui est remis en jeu.

Prev2 of 3Next
Use your ← → (arrow) keys to browse
Close