Close

La PreskITW – De La Romance

Prec1 / 2Suiv
Utiliser vos touches ← → (flèches) pour naviguer

Parfois – que dis-je, souvent ! – les meilleurs sont inconnus aux bataillons. A la croisée des chemins musicaux, une belle rencontre auditive, sentimentale, existentielle : De La Romance. On s’évade (un peu), on se questionne (beaucoup). Au lieu donc de tourner en rond sur ces interrogations, je suis allée à la rencontre de Vincent Girault, le fondateur de ce beau projet, toute en finesse et subtilité. Une musique qui sublime un tantinet le réel et laisse croire que l’on peut s’envoler un instant. C’est parti…

Bonjour Vincent, nous sommes super contents chez PM de pouvoir faire cette interview avec toi. De la Romance, c’est un sacré projet, on ne sait pas trop par où commencer. As We Feel, premier bébé donc. Simplement et pour avoir une entrée en matière pour le moins banale mais indispensable, ça t’es venu comment ? C’est ton premier pas dans la créa musicale ou tu es un habitué du La mineur ?
De La Romance : Tout d’abord, merci pour votre intérêt ! De La Romance, c’est en effet mon premier projet musical en solo. Sans concession, du ressenti 100% perso, avec tout de même l’envie de proposer une musique raffinée et authentique. Avant, il y avait mes aventures en tant que Batteur chez Vegastar, puis avec Neïmo. Il y a aussi The Electronic Conspiracy, qui est mon autre bébé plus dark et expérimental. Bref, le La mineur, ça me connaît …


En tous les cas, après avoir écouté De La Romance, on se sent assez bluffé. Coup de poker bien placé pour un projet très peu connu (pour l’instant), que j’ai découvert par un ami qui – oh hasard – te connaît. De la Romance, ça s’écoute certes mais ça se regarde aussi et surtout, ça se vit : on a bien l’impression qu’à travers l’écriture du projet, l’existence est vouée à une quête sans fin, pleine obstacles, de bons, de mauvais, le tout c’est de rester positif. C’est un grand journal intime en fait. C’est ce que tu tentes de faire partager à ceux qui écoutent De la Romance ?
Oui, les tracks sont faites avec le coeur, les voix sont interprétées et travaillées dans le sens de la fragilité, pour rester le plus vrai possible. Il y a aussi l’envie de réunir hommes et femmes dans une seule et même voix à laquelle s’identifier.

Comme tu as pu l’entendre, ce n’est pas une voix isolée qui porte les textes, mais un binôme de chanteur/chanteuse qui interprète une et même mélodie. Puis il y a l’ouverture à des collaborateurs proches, voir très proches, ma compagne qui chante la plupart des titres de l’EP, ma soeur et mon beau-frère qui font les choeurs.

En fait je me rends compte qu’à la vue du business actuel, le mauvais point c’est qu’on gagne désormais difficilement sa vie en tant qu’artiste, mais cela nous pousse à être fidèle à nos envies créatrices, à aller droit au but, sans préoccupations commerciales.




Les clips font un peu « road movie » : la vie serait donc partir d’un point A sans connaitre le point B ?
C’est une belle représentation. Chaque chanson pose une direction singulière que chaque réalisateur prend soin d’interpréter à sa guise. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a un postulat de base, une esthétique prédéfinie et pourquoi pas une « existence esthétique » pour reprendre le concept d’un livre de Michel Onfray « la sculpture de soi ou la morale esthétique ».

Les clips du As We Feel EP sont conçus dans cette aspiration-là: un ou des personnages assez énigmatiques auquel se raccrocher, un décor qui fait volontiers appelle à la poésie des grands espaces, une histoire qui reste à construire …


Épurée, éthérée, on respire ta musique. Et pourtant, on sent bien que l’humain, du moins son existence est voué un peu à l’échec pour parler vulgairement et rapidement. Le temps passe vite dans une vie, l’amour raté, la panne d’essence, l’idiot maladroit, etc. De la Romance finalement, ce ne serait pas un peu la vie misérable comme transcendance, comme idée du beau qui dépasserait la misère de l’homme? C’est ça, la Romance, avec un grand R ?
Je dois dire que ta pensée dépasse un peu la mienne sur ce coup-là. La notion de transcendance me plaît bien, mais ce serait une transcendance esthétique encore une fois, une forme d’absolu dans le beau, une pureté que l’on cherche à découvrir et préserver. Je te rejoins sur le fait que mon idée de la Romance est totale, ce n’est pas la caricature surannée et mielleuse d’un amour bienheureux, mais plutôt la Romance au sens large, tel que l’on peut parfois la vivre de nos jours avec ses hauts et ses bas, ses éclats et ses déchirures.

Prec1 / 2Suiv
Utiliser vos touches ← → (flèches) pour naviguer
Close