Close
La PreskITW – Roman Kouder

La PreskITW – Roman Kouder

Un groove dansant, distillant des émotions qui claquent en une rythmique contagieuse, 
Roman Kouder, compositeur, producteur et dj, originaire de France, affole les coeurs et les corps, de ses cadences orgasmiques.
Avec One Of a Kind (Ft. Josh Tobias) ou encore Snooping (ft. Oli Hannaford), Roman séduit de son électro aux teintes RnB qui donne l’envie de danser, sous ses étreintes groovy à souhait.

Rencontre avec un artiste dont le coeur bat de pulsations intenses, aux textures électro caressantes.

« Pour moi, tout français qui apporte sa touche à la musique en général fait partie de la French Touch »

Pause Musicale : Peux-tu nous parler un peu de toi pour le public qui ne te connaitrait pas encore ?
Roman Kouder : Bien sûr. Je suis Roman, producteur et Dj basé à Paris.

Comment et quand as-tu commencé la musique ?
J’ai commencé la musique assez tôt vers 10/11 ans avec la guitare. A ce moment-là, je jouais des titres Hard Rock / Métal (comme Metallica ou Gojira), puis j’ai ensuite découvert et repris les morceaux des Strokes, White Stripes et Arctic Monkeys vers mes 13 ans. J’ai commencé après la musique électronique vers 2012/2013 avec un vieux PC et un synthé microkorg.

Ta musique est pleine d’émotions, souvent dansante, parfois aux zestes mélancoliques et rêveurs. Quelles sont tes principales inspirations ?
Aujourd’hui, je suis beaucoup dans 2 styles différents : le premier un peu plus RnB avec des groupes comme Majid Jordan, Anderson Paak, Kaytranada, et un autre plus House comme Purple Disco Machine, Sofi Tukker ou même Disclosure.

Quel est ton processus de création ?
Je fais de la musique un peu tous les jours, que ce soit 1h ou 11h, ça n’a pas d’importance. Chaque chose que je fais, que ce soit une batterie, une mélodie ou même un son, je le stocke et je le note dans un carnet avec une description très précise (style de son, gamme de note utilisée, etc.). Quand j’ai une vingtaine d’éléments, je les assemble les uns avec les autres : les batteries avec les mélodies, etc. Je fais rarement un son du début à la fin d’un coup. Il y a toujours des parties que j’ai fais bien avant. Pas très académique, mais bon, ça marche…

Comment définis-tu ton style musical ?
C’est assez compliqué de mettre un nom sur un style précis aujourd’hui, puisqu’il y a beaucoup de « sub genre ». En plus, je fais beaucoup de style de musique différents : de temps en temps un peu Hip Hop, de temps en temps house, de temps en temps downtempo… Je pense que tout ça est regroupé sous le style « Dance ». Tant qu’il y a du groove, je m’y retrouve !

Te reconnais-tu dans la French Touch ou penses-tu que ce mot soit un peu réducteur ou au moins trop générique ?
Je pense que oui, puisque je suis né en France et que j’ai été inspiré par les clubs français (Paris Paris, Social Club, Ball Room) et les labels français (Ed Banger, Kitsuné, Roche). Pour moi, tout français qui apporte sa touche à la musique en général fait partie de la French Touch. C’est beaucoup plus générique aujourd’hui par rapport à avant où c’était un style de musique bien précis avec un sampling bien précis.

Tu as de nombreuses collaborations à ton actif, comme avec Josh Tobias ou Oli Hannaford, comment les choisis-tu et comment repères-tu ces talentueux artistes ?
Je passe énormément de temps à écouter des nouveaux artistes connus ou non. Avant sur Soundcloud et maintenant sur Spotify. Dés que j’aime un chanteur, je lui envoie un message avec des sons et on essaie de travailler ensemble.

Quelle est ta prochaine collaboration ?
Un EP 7 titres sortira à la fin de l’été chez MCA, avec comme chanteurs : Josh Tobias, Ninety’s Story, Darwin, Oli Hannaford et Akacia. Ainsi qu’un remix pour Sara Costa.

As-tu des dates de prévues et quels sont tes projets à venir ?
J’ai récemment jouer à Debonair à Paris, L’Experimental Beach à Ibiza et au festival Calvi on the Rock. Les prochaines dates vont être annoncées très bientôt sur Paris.

La chanson ou la citation qui te définit le mieux ?
Empire of the Sun – Walking on a dream (sans hésitation).

Un article du Figaro parlait récemment du fait que les individus n’étaient pas toujours intéressés à découvrir de nouvelles musiques, le ressens-tu et quels pourraient être à ton avis, les moyens pour les y encourager ?
Il y a un peu de vrai. Entre la mort de l’EDM et la techno à Paris, je trouve les gens assez perdu en club en ce moment. Ils préfèrent écouter les tubes RnB / Hip Hop des années 90/00 qu’ils connaissent, plutôt que de nouvelles choses. En tout cas, c’est mon ressenti. Et au niveau de la radio, à part certaines radios comme FG ou Nova, il y a toujours un peu les mêmes artistes qui passent, donc c’est difficile de découvrir de nouvelles choses.
En revanche, je trouve que Spotify et Deezer font un super travail sur les playlists, qui permet de découvrir de nouveaux artistes émergents.

En parlant de nouvelles musiques, qu’écoutes-tu en ce moment et quels sont les nouveaux artistes que tu as récemment découvert et aimé ?
A Calvi on the Rock, j’ai adoré les sets de Jan Blomqvist, Purple Disco Machine, Feder et Konstantin Sibold. Quant à mon coup de cœur français du moment c’est Moussa – Cabrioli <3.



La playlist de la PreskITW

Close