Close

Oyinda – The Devil’s Gonna Keep Me

On dira qu’on a tendance à brûler un peu vite ce qu’on a adoré…
Il y a peut être un peu de vrai là dedans. En cette fin 2014, la vague nu rn’b est presque devenue courant. Aujourd’hui, il est de bon ton de flirter avec l’électro et de jouer la carte de la sophistication.

Sans dénigrer un genre qu’on apprécie particulièrement quand il est bien orchestré, il faut tout de même rappeler que le rn’b se base sur le chant. Plus précisément sur la capacité de l’interprète à transporter son auditeur. Cette héritage remonte au racine même de ce genre au contour un peu flou.

Oyinda, jeune artiste anglaise d’origine nigériane se charge de nous le rappeler. Avec The Devil’s Gonna Keep Me, elle délivre un morceau minimaliste qui accorde une place centrale à l’interprétation. Portée par une voix qui semble glisser sur les notes de piano, on ne peut s’empêcher de comparer avec certains morceaux du même genre qui confondent minimalisme et facilité.

Loin de tomber dans ce piège, la voix d’Oyinda constitue le fil d’Ariane de cette composition torturée mais pour autant majestueuse. 
Une piqûre de rappel salvatrice…

Oyinda - The Devil's Gonna Keep Me

Close