Close

Portico – Living Fields (EP)

Des salves clairs-obscurs qui torsadent les notes, les tamisant d’harmonies sombres aux accents électro alternatifs, Living Fields, l’EP de Portico bouscule les âmes.

En trois pistes qui cultivent un souffle poétique prenant place sur des soubassements subtilement indélébiles, Portico tisse des harmonies emplies de basses puissantes et de va-et-vient magnétiques.

101 ouvre l’EP, ondoyant en des eaux troubles et tentaculaires où Joe Newman, chanteur de Alt-J insuffle sa poésie l’étirant en des teintes tout en échos perçants. D’un revers d’harmonies serpentantes qui rebondissent, en s’insinuant dans les coeurs, Portico bouleverse et renverse les notes, glissant dans des mutations ombrées.

D’ombres en ruptures, d’infléchissements majeures en revirements mineurs, Portico multiplie les ébranlements des coeurs, offrant des délicates accélérations de pouls, avec une témérité poétique comme sur Bright Luck illuminé du chant de Jono McCleery.

De collapses subtiles en uppercuts ombragées, Portico instaure des mélodies fébriles qui procurent des frissons délicats. Encadrée de basses omniprésentes, bercée de mouvements incandescents, Living Fields irradie les corps, de ponctuations harmoniques vibrant à l’infini.

A mi-chemin d’une pérégrination intimiste et d’une ballade en des limbes imaginaires pleines d’un minimalisme suave, la force de leurs harmonies scintillent d’une tempétueuse rythmique au groove somptueux.

Avec cet EP, le groupe entame une mutation avec la perte de deux de ses membres, se rebaptisant d’un nouveau nom Portico (au lieu de Portico Quartet).
Jack Wyllie, Duncan Bellamy, Milo Fitzpatrick se préparent ainsi à sortir un album addictif chez Ninja Tune le 6 avril prochain. Ils seront en concert le 18 mai au Café de la Danse et le 19 au plan 2 à Ris Orangis.

Portico - Living Fields ( EP)

Close